Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 avril 2009 6 04 /04 /avril /2009 21:04

 

DÉCLARATION DES DROITS DE L’HOMME ET DU CITOYEN DE 1789
 

Les Représentants du Peuple Français, constitués en Assemblée nationale, considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de l’homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont résolu d’exposer, dans une Déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l’homme, afin que cette Déclaration, constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que les actes du pouvoir législatif, et ceux du pouvoir exécutif pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés ; afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution, et au bonheur de tous. En conséquence, l’Assemblée nationale reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l’Être Suprême, les droits suivants de l’homme et du citoyen.

 

Article premier

 

Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.

Article II

 

Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression.

Article III

 

Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément.

Article IV

 

La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société, la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi.

Article V

 

La Loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la Société. Tout ce qui n’est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elle n’ordonne pas.

Article VI

 

La Loi est l’expression de la volonté générale. Tous les Citoyens ont droit de concourir personnellement, ou par leurs Représentants, à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse. Tous les Citoyens étant égaux à ses yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.

Article VII

 

Nul homme ne peut être accusé, arrêté, ni détenu que dans les cas déterminés par la Loi, et selon les formes qu’elle a prescrites. Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires, doivent être punis ; mais tout Citoyen appelé ou saisi en vertu de la Loi doit obéir à l’instant : il se rend coupable par la résistance.

Article VIII

 

La Loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul ne peut être puni qu’en vertu d’une Loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée.

Article IX

 

Tout homme étant présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable, s’il est jugé indispensable de l’arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s’assurer de sa personne, doit être sévèrement réprimée par la Loi.

Article X

 

Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi.

Article XI

 

La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté, dans les cas déterminés par la Loi.

Article XII

 

La garantie des droits de l’Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée.

Article XIII

 

Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable. Elle doit être également répartie entre tous les Citoyens, en raison de leurs facultés.

Article XIV

 

Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs Représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée.

Article XV

 

La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration.

Article XVI

 

Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n’est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution.

Article XVII

 

La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité.

 

PRÉAMBULE DE LA CONSTITUTION DU 27 OCTOBRE 1946

Au lendemain de la victoire remportée par les peuples libres sur les régimes qui ont tenté d’asservir et de dégrader la personne humaine, le peuple français proclame à nouveau que tout être humain, sans distinction de race, de religion ni de croyance, possède des droits inaliénables et sacrés. Il réaffirme solennellement les droits et les libertés de l’homme et du citoyen consacrés par la Déclaration des Droits de 1789 et les principes fondamentaux reconnus par les lois de la République.

Il proclame, en outre, comme particulièrement nécessaires à notre temps, les principes politiques, économiques et sociaux ci-après :
La loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l’homme. Tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté a droit d’asile sur les territoires de la République.
Chacun a le devoir de travailler et le droit d’obtenir un emploi. Nul ne peut être lésé, dans son travail ou son emploi, en raison de ses origines, de ses opinions ou de ses croyances.
Tout homme peut défendre ses droits et ses intérêts par l’action syndicale et adhérer au syndicat de son choix.
Le droit de grève s’exerce dans le cadre des lois qui le réglementent.
Tout travailleur participe, par l’intermédiaire de ses délégués, à la détermination collective des conditions de travail ainsi qu’à la gestion des entreprises.
Tout bien, toute entreprise, dont l’exploitation a ou acquiert les caractères d’un service public national ou d’un monopole de fait, doit devenir la propriété de la collectivité.
La Nation assure à l’individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement.
Elle garantit à tous, notamment à l’enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l’incapacité de travailler a le droit d’obtenir de la collectivité des moyens convenables d’existence.
La Nation proclame la solidarité et l’égalité de tous les Français devant les charges qui résultent des calamités nationales.
La Nation garantit l’égal accès de l’enfant et de l’adulte à l’instruction, à la formation professionnelle et à la culture. L’organisation de l’enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l’État.
La République française, fidèle à ses traditions, se conforme aux règles du droit public international. Elle n’entreprendra aucune guerre dans des vues de conquête et n’emploiera jamais ses forces contre la liberté d’aucun peuple.
Sous réserve de réciprocité, la France consent aux limitations de souveraineté nécessaires à l’organisation et à la défense de la paix.
La France forme avec les peuples d’outre-mer une Union fondée sur l’égalité des droits et des devoirs, sans distinction de race ni de religion.
L’Union française est composée de nations et de peuples qui mettent en commun ou coordonnent leurs ressources et leurs efforts pour développer leurs civilisations respectives, accroître leur bien-être et assurer leur sécurité.
Fidèle à sa mission traditionnelle, la France entend conduire les peuples dont elle a pris la charge à la liberté de s’administrer eux-mêmes et de gérer démocratiquement leurs propres affaires ; écartant tout système de colonisation fondé sur l’arbitraire, elle garantit à tous l’égal accès aux fonctions publiques et l’exercice individuel ou collectif des droits et libertés proclamés ou confirmés ci-dessus.

 

La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité.Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n’est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution. La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration. Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs Représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée. Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable. Elle doit être également répartie entre tous les Citoyens, en raison de leurs facultés. La garantie des droits de l’Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée. La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté, dans les cas déterminés par la Loi. Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi. Tout homme étant présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable, s’il est jugé indispensable de l’arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s’assurer de sa personne, doit être sévèrement réprimée par la Loi. La Loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul ne peut être puni qu’en vertu d’une Loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée. Nul homme ne peut être accusé, arrêté, ni détenu que dans les cas déterminés par la Loi, et selon les formes qu’elle a prescrites. Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires, doivent être punis ; mais tout Citoyen appelé ou saisi en vertu de la Loi doit obéir à l’instant : il se rend coupable par la résistance. La Loi est l’expression de la volonté générale. Tous les Citoyens ont droit de concourir personnellement, ou par leurs Représentants, à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse. Tous les Citoyens étant égaux à ses yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents. La Loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la Société. Tout ce qui n’est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elle n’ordonne pas. La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société, la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi. Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément. Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression. Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.


DÉCLARATION DES DROITS DE L’HOMME ET DU CITOYEN DE 1789
Repost 0
Published by cedric - dans ENVIRONNEMENT
commenter cet article
22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 15:32

Le premier festival de la neige

 

 

Yukimatsuri2004-2-8

 

Le premier festival de la neige

 

Le premier festival a vu le jour en 1950, à l'initiative de la municipalité et du syndicat de tourisme[1] de Sapporo. Le quotidien Hokkai Times (dont la publication s'est arrêtée en 1998) s'est aussi beaucoup impliqué. Auparavant, plusieurs fêtes avaient rythmé la saison d'hiver à Sapporo, mais elles avaient été interrompues pendant la Seconde Guerre mondiale.

L'idée de former un festival autour de statues de neige s'inspire d'un festival de ce type qui était organisé depuis 1935 à l'école primaire Kitatemiya d'Otaru.

Lors du premier festival de la neige six statues de neige furent réalisées par les élèves des collèges et des lycées. Les Chemins de fer nationaux confectionnèrent aussi leurs propres sculptures de neige devant la gare de Sapporo.

Parmi les autres attractions, on peut citer le concours de chansons, de tumbling [2], de modern western square dance (quadrille), des spectacles, des courses de traineaux à chiens, une parade à ski, une projection de cinéma (dont Ginrei no hate de de Senkichi Taniguchi). Le square dance fut annulé au bout de trente minutes, car les danseurs dérapaient sur le verglas. De la même façon, la projection de cinéma fut interrompue par l'effondrement de l'écran poussé par des piétons dérapant sur le verglas. Mais le succès fut tel que l'on décida de renouveler le festival l'année suivante.

 

 

Le premier festival de la neige

 

Les premières sculptures de neige étaient limitées en hauteur à sept mètres, mais en 1953, pour le quatrième festival, le Lycée industriel de Sapporo à Hokkaïdo construisit une sculpture nommée Shôten, d'une hauteur de quinze mètres. Sa conception reposait sur une technique de voûte utilisant les blocs de neige comme des pierres de construction, et comme de grandes quantités de neige étaient nécessaires, la ville de Sapporo fournit des camions et des bulldozers. Ce fut le point de départ des sculptures géantes actuelles requérant l'utilisation de moyens mécanisés.

En 1954 le cinquième festival inaugura les sculptures construites par de simples citoyens. En 1955 la diversité des participants s'accrut avec l'ajout des sculptures des forces d'autodéfense, des sociétés de négoce, et des annexes de la mairie.

En 1959 les touristes non-hokkaïdoites commencèrent à affluer. En 1972, l'année des Jeux olympiques de Sapporo, le festival de la neige fut l'attraction du monde entier et ce fut le début des visites de touristes étrangers.

À partir de 1974 un concours international de sculptures de neige permit à des villes étrangères de participer.

En 1981 le festival de la glace de Susukino débuta sous la forme d'un évènement indépendant, mais il rejoignit l'organisation du festival de la neige en 1983.

Le parc Nakajima de l'arrondissement Chûô-ku devint en 1990 le quatrième site de la fête, avant d'être supprimé en 1993. La raison la plus fréquemment invoquée pour justifier cette suppression est le manque d'attractivité des sculptures de neige principalement confectionnées par les simples citoyens, dont trop peu étaient de grande taille.

 

 

Le premier festival de la neige

 

Indépendamment du festival de la neige, les militaires de la base des Forces d'autodéfense de Makomanai avaient l'habitude de construire des sculptures de neige en tant que divertissement ou en tant qu'entraînement pour se familiariser avec la neige. En 1955 les Forces d'autodéfense construisirent leur première sculpture de neige au parc Ôdori, mais c'est en 1963 qu'ils ouvrirent au public les portes de la base de Makomanai qui devint ainsi un site du festival de la neige à part entière, intégré officiellement à l'organisation du festival en 1965.

En mettant à la disposition du festival d'impressionnants moyens humains et techniques, les Forces d'autodéfense, qui amélioraient sans cesse leurs techniques, devinrent bientôt un acteur incontournable du festival, au point que l'on pouvait dire que les sculptures géantes, lorsqu'elles n'étaient pas construites par elles, l'étaient grâce à leur collaboration.

En 2001, à cause de la loi d'organisation du dispositif anti-terroriste, la participation des forces d'autodéfense commença à diminuer, ce que la ville de Sapporo compensa par un recrutement de bénévoles. À l'heure actuelle, même des bénévoles non-hokkaïdoites viennent se mettre à la disposition du festival. Mais les bénévoles étant par nature une main d'œuvre instable, le problème de la transmission des techniques de construction des sculptures de neige se pose.

 

 

Le premier festival de la neige

 

voir aussi  Festival thaïlandais en France

Repost 0
Published by cedric - dans ENVIRONNEMENT
commenter cet article
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 21:09

Nicolas Hulot - Une Ecole pas comme les autres   



Nicolas Hulot - Une Ecole pas comme les autres   

  A la découverte de la biodiversité   

 Cette Ecole se distingue par... sa localisation dans une région exceptionnellement riche en espaces naturels d'un grand intérêt écologique ; son implantation en lisière du Parc de Branféré, parc animalier de qualité et d'expériences en matière de loisirs éducatifs ; son bâtiment HQE (Haute Qualité Environnementale) en cohérence avec sa vocation ; sa mission dédiée à la protection du vivant ; le partenariat mis en ?uvre pour sa réalisation entre organismes privés, publics, fondations et collectivités...
 

Une mission : respecter le vivant   

  Une école pour la Nature et l'Homme   

  "Il n'y a pas d'un côté l'homme et de l'autre la nature. Il y a la nature. Toucher à la nature, c'est atteindre l'homme. Respecter la nature est une attitude parfaitement humaniste." Nicolas Hulot, Président de la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme...

Pour que les enfants puissent devenir des citoyens pleinement responsables et acteurs de leur environnement, il est nécessaire de leur transmettre les clés pour mieux comprendre le monde vivant qui les entoure. De la connaissance et de l'apprentissage naîtra un meilleur respect pour la nature dans toute sa diversité.
Cette école doit être un centre de sensibilisation, d'éducation, de formation et d'information sur la biodiversité dans une perspective de développement durable. Elle a ouvert ses portes en 2004.


Nicolas Hulot - Une Ecole pas comme les autres   

Le cadre d'application de la mission  
  Découvrir, apprendre à connaître et à protéger le vivant  

  L'École est conçue pour favoriser l'ouverture des enfants, des jeunes et des adultes sur le monde du vivant qui les entoure, dans toute sa diversité. Des activités pédagogiques et des animations originales, alternant découverte, expérimentation et réalisation, sont principalement menées sur le Parc de Branféré. Elles favorisent, dès le plus jeune âge, une prise de conscience des liens d'interdépendances entre les êtres vivants.
L'École accueille en priorité les enfants du cycle 3 (CE2, CM1, CM2) dans le cadre de classes d'environnement. Grâce à des espaces modulables, elle est aussi adaptée pour recevoir d'autres publics : élèves plus âgés, étudiants, stagiaires, adultes en groupes ou en famille. Ses aménagements permettent l'hébergement des personnes handicapées.

Une large place est consacrée aux technologies de l'information et de la communication (TIC) pour une plus grande ouverture de l'École sur le monde.

Grâce à l'utilisation d'outils pédagogiques interactifs modernes, l'École a pour objectif de devenir un centre pédagogique ainsi qu'un centre de ressources dans le domaine de l'environnement. La médiathèque-didacthèque, mise en place grâce aux dons d'ouvrages, de cédéroms, de vidéos… viendra progressivement compléter la salle multimédia.

La programmation pédagogique détaillée et la liste des prestations offertes sont mises au point entre les partenaires-fondateurs, avec l'appui du Réseau École & Nature et en partenariat avec le ministère de l'Éducation nationale.


Nicolas Hulot - Une Ecole pas comme les autres   
 
Les étapes du projet...    

    Le calendrier...  
 
 Février 1998
La Fondation de France et la Fondation Nicolas Hulot s'engagent pour la création d'une École pour la Nature et l'Homme.   

 Janvier 2000
Création de l'Association École Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme à l'initiative de la Fondation de France et de la FNH.   

 Mai 2000
• Signature d'un protocole d'accord entre Paul Laudrain, président de la Communauté de Communes du Pays de Muzillac, Hubert Curien, président de la Fondation de France, Nicolas Hulot, président de la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme, Guy Chauvin, président de la SA Branféré : la Communauté de Communes sera propriétaire de l'École, l'Association École Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme sera locataire et gestionnaire.
• Lancement du concours d'architectes par la Communauté de Communes.
  
 Juin 2000
Trois cabinets d'architectes (Chouzenoux à Rennes, Liard & Tanguy à Rennes et de Gastines à Paris) sont présélectionnés parmi les 25 projets reçus.
  
   Juillet 2000
Le cabinet d'architectes Chouzenoux est lauréat du concours.   

   Septembre 2000
Avant-projet sommaire du bâtiment de l'école.   

   Octobre 2000
Avant-projet détaillé.
  
   Novembre 2000
Dépôt du permis de construire.
  
   Juin 2001
Lancement des appels d'offres.   

   2004
Livraison des bâtiments et ouverture de l'École pour la Nature et l'Homme.
Accueil des premières classes le 5 avril.
 

Nicolas Hulot - Une Ecole pas comme les autres   

voir aussi  Les illuminations






Repost 0
Published by cedric - dans ENVIRONNEMENT
commenter cet article
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 19:52

DEFI  POUR  LA  TERRE



Fondation Nicolas-Hulot




Fondation Nicolas-Hulot

En 1990, l'animateur-reporter Nicolas Hulot qui, en parcourant le globe et en prenant conscience des enjeux écologiques, est devenu peu à peu l'un des plus importants défenseurs de la sauvegarde de la nature, crée la Fondation Ushuaïa qui devient en janvier 1995 la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme.

Seule fondation française reconnue d'utilité publique dédiée à l'éducation à l'environnement, elle sensibilise au respect de la nature et informe sur les gestes écocitoyens. Ses actions s'articulent autour de trois thèmes majeurs : l'eau (thème notamment porté par Fleur de Lampaul, le voilier ambassadeur des actions de la Fondation depuis 2002), la biodiversité et le changement climatique.

Par ailleurs, la Fondation Nicolas Hulot soutient également de nombreux projets de terrain sélectionnés sur des critères de développement durable. Ouverts à tous, Coups de Coeur, Coups de Pouce, et Bourses récompensent près de 150 projets sélectionnés. Elle développe également un réseau d'associations partenaires œuvrant au niveau local. A l'international, la Fondation soutient des projets originaux de développement durable dans les pays en voie de développement. Présente à l'international, elle est membre de l'UICN (Union mondiale pour la nature) et a un rôle d'ONG consultative auprès du Conseil économique et social de l'ONU.

Ses actions de mobilisation et de sensibilisation à la protection de l’environnement poursuivent trois objectifs :

  • Mobiliser et inciter les citoyens à agir au quotidien, notamment à travers sa campagne des gestes écocitoyens du Défi pour la Terre
  • Sensibiliser les décideurs politiques et économiques avec l'initiative du Pacte écologique porté par son Comité de Veille Ecologique
  • Soutenir les projets et structures associatives dédiées au développement durable en France et à l'international



    DEFI  POUR  LA  TERRE

    50% des émissions de CO2 trouvent leurs origines dans ce que nous mangeons, les moyens de transport que nous utilisons et la façon dont nous nous chauffons… nos modes de vie sont donc liés à l’environnement...



    DEFI  POUR  LA  TERRE









    DEFI  POUR  LA  TERRE

    Le Défi pour la Terre est une campagne de mobilisation nationale qui incite chacun, individuels et collectifs, à adopter des gestes écocitoyens au quotidien pour réduire son impact sur l'environnement. Chacun peut s'engager à relever le Défi pour la Terre en choisissant des gestes écologiquement respectueux de l'environnement. Par exemple, préférer prendre une douche rapide plutôt qu'un bain, trier ses déchets et éviter les emballages inutiles, préférez des produits respectueux de l'environnement, éteindre les appareils électriques en veille, etc.

    Le Défi pour la Terre a pour but de donner des clés à tous pour agir au plus près de son quotidien. Sur le site Internet mais aussi dans Le Petit Livre Vert pour la Terre, une centaine de gestes sont recensés et classés par lieux de vie (cuisine, jardin, bureau, école…). Illustrés par des chiffres concrets, ils représentent les bons réflexes à adopter qui permettent d'économiser de l'énergie et donc de limiter les émissions de gaz à effet de serre, responsables du changement climatique. Découvrir tous les gestes.

    Un compteur sur le site Internet du Défi pour la Terre traduit en temps réel l'économie de CO2 réalisée (en tonne) en fonction du nombre d'engagés. En juin 2008, le Défi pour la Terre compte près de 830 000 engagés, ce qui représente plus de 420 000 tonnes de CO2 économisées! Sur le site Internet, de nombreux outils pédagogiques sont téléchargeables gratuitement pour agir et inciter les autres à le faire. Relever le Défi pour la Terre.

    Campagne lancée en 2005 conjointement par la Fondation Nicolas Hulot et l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME). "L'avenir de la planète est entre nos mains. Réduisons notre impact sur la Terre. Aucune action n'est dérisoire, chaque geste compte." (Michèle Pappalardo, Présidente de l'ADEME et Nicolas Hulot, Président de la Fondation Nicolas Hulot).


    DEFI  POUR  LA  TERRE


    Le Pacte écologique

    Le Pacte écologique a pour objectif de placer les enjeux écologiques et climatiques au cœur de l'action politique, il vise à :

    • Interpeller les candidats et les élus, au-delà des clivages politiques
    • Mobiliser les citoyens
    • Et ouvrir le débat public avec des propositions concrètes

    Les 10 objectifs et les 5 propositions du Pacte écologique sont présentés de manière détaillée dans l’ouvrage intitulé "Pour un Pacte écologique", publié aux éditions Calmann-Levy (novembre 2007). Nicolas Hulot et le Comité de Veille Écologique y présentent les bases d'un Pacte écologique entre les Français et leur président : des objectifs politiques, un programme d'action et des propositions précises à appliquer dès le début du mandat. En savoir plus.

    Né dans le cadre de l’élection présidentielle de 2007, afin d'inciter les candidats à placer les enjeux écologiques et climatiques au coeur de l'action publique, le Pacte écologique a obtenu plus 730 000 signatures de Français, signifiant ainsi clairement aux candidats leur volonté de mettre l'écologie au cœur du débat. Jamais une telle mobilisation citoyenne autour de l'écologie n'a existé en France. Cinq des douze candidats à l'élection présidentielle, dont les deux qui sont restés présents au deuxième tour, ont signé le Pacte écologique et se sont engagés sur des mesures à la hauteur des enjeux écologiques et climatiques. Signer le Pacte en ligne.

    Au lendemain de la présidentielle, la Fondation Nicolas Hulot et les experts de son Comité de Veille Ecologique rappellent qu'ils veilleront à ce que les promesses se traduisent en actes concrets notamment pendant le Grenelle de l'environnement. Suivre l'actualité du Grenelle. Pour assurer une cohérence entre l'exécutif et le législatif et assurer la mise en œuvre des engagements pris dans le cadre du Pacte écologique, il est indispensable que les députés, qui auront à proposer et voter les lois, partagent la volonté de faire de l'écologie une priorité, au-delà des clivages politiques. Dans cet esprit, la Fondation Nicolas Hulot propose à tous les candidats à l'Assemblée nationale, de manifester leur volonté d'agir dans le sens de la mutation écologique et de s'y engager, en signant Le Pacte Ecologique Législatif. En janvier 2008, 345 députés et 52 sénateurs ont signé le Pacte écologique.

    La mobilisation s’est poursuivie pour les élections municipales de mars 2008 afin de placer l'écologie au coeur de l'action locale. La Fondation propose pour tous le guide de l'éco-électeur. Au regard de 7 enjeux écologiques majeurs d'une commune, ce guide permet de prendre conscience des défis à relever, de connaître les leviers d'action du maire, de découvrir des “bonnes” pratiques et de mobiliser les candidat(e)s aux élections municipales tout en s'impliquant dans la vie locale. "Guide à utiliser sans modération avant, pendant et après les élections municipales !"


    DEFI  POUR  LA  TERRE

    voir aussi  Actualites

Repost 0
Published by cedric - dans ENVIRONNEMENT
commenter cet article

Présentation

  • : franco-thai
  • franco-thai
  • : apporter informations, cultures, loisirs, outils de communication, etc. Un pont entre la France et la Thaïlande
  • Contact

Partage / Share

Recherche

Archives