Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 11:21

Blanche-Neige et les Sept Nains




Blanche-Neige et les Sept Nains - Introduction

Blanche-Neige et les Sept Nains est le premier long-métrage d'animation et « classique d'animation » des studios Disney, sorti le 21 décembre 1937 au Carthay Circle Theater de Hollywood. Le film est une adaptation du conte éponyme des frères Grimm paru en 1812, conte fortement ancré dans les traditions européennes.

S’il n'est pas, contrairement à ce qui est souvent affirmé, le premier long-métrage d'animation de l'histoire du cinéma, Blanche-Neige et les Sept Nains éclipse ses prédécesseurs en raison de l'impact qu'il a suscité sur le public aux États-Unis comme à l'international, grâce au travail des nombreux artistes des studios Disney. Considéré par beaucoup comme un chef-d'œuvre, le film marque aussi une étape dans l'animation et même le septième art par les innovations tant techniques qu'artistiques développées et utilisées pour ce film. Le budget de production, 1,5 millions de $US, marque un record pour l'époque. L'investissement réalisé par l'entreprise fondée par Walt Disney a été largement rentabilisé par les revenus engendrés à la sortie et toujours aujourd'hui, faisant du film un succès indéniable.


Blanche-Neige et les Sept Nains - Synopsis

Blanche-Neige est une princesse dont la très grande beauté rend jalouse la Reine sa belle-mère, qui ordonne son assassinat. Épargnée et abandonnée dans la forêt, elle trouve refuge chez sept nains qui l'intègrent dans leur communauté.

                                                    Ce qui suit dévoile des moments clés de l’intrigue.
La Reine tente à nouveau de l'éliminer en lui offrant, déguisée en vieille femme, une pomme empoisonnée. La croquant, Blanche-Neige tombe dans un sommeil éternel alors que la Reine s'enfuit et se tue pendant un orage en chutant d'une falaise. Plus tard, un prince arrive et embrasse Blanche-Neige, la délivrant du sort, puis l'emporte vers son château.

Blanche-Neige et les Sept Nains - Résumé détaillé

                                                   Ce qui suit dévoile l'intrigue.
Un livre intitulé Blanche-Neige et les Sept Nains s'ouvre et une voix entame la narration du conte. Il explique que Blanche-Neige est une princesse vivant auprès de sa vaniteuse et malveillante belle-mère, la Reine. Courroucée et jalouse de la beauté de Blanche-Neige, elle l'oblige à faire des tâches ménagères et à se vêtir de haillons. La Reine demande quotidiennement à son Miroir magique « Qui est la plus belle du royaume », et aime entendre en réponse qu'il s'agit d'elle-même.

L'action débute lorsqu'un jour, la Reine interrogeant son miroir, celui-ci lui répond que la plus belle du royaume est dorénavant la princesse Blanche-Neige. Peu après, celle-ci, alors qu'elle lave l'escalier du château tout en chantant, est aperçue par un prince, qui, ébloui, lui chante son amour. La Reine ordonne alors à son fidèle chasseur d'emmener la princesse dans les bois et de la tuer. Pour preuve de la mort, elle lui demande de ramener son cœur dans un coffret à bijoux. Le Chasseur ne peut accomplir cette tâche morbide et ordonne à Blanche-Neige de s'enfuir dans la forêt, tuant à sa place une biche dont il ramène le cœur à la Reine.

Dans sa fuite pour échapper au sort que lui réserve sa belle-mère, la princesse se retrouve perdue et apeurée dans la forêt. La peur transforme les arbres biscornus en des créatures effrayantes et agressives et Blanche-Neige s'effondre en pleurs. Des animaux de la forêt se rapprochent, la rassurent en chantant. Elle leur demande un refuge, ils la conduisent à une chaumière située dans une clairière perdue au fond des bois. Les propriétaires sont absents. Elle découvre sept petites chaises autour d'une table et imagine que c'est l'habitat de sept enfants orphelins. La chaumière est en désordre, empoussiérée. Blanche-Neige décide de la nettoyer dans l'espoir que ses occupants accepteront alors de l'héberger. Aidée par les animaux de la forêt, elle enlève la poussière, lave la vaisselle et le linge.

Les habitants de la chaumière, sept nains adultes nommés Prof, Grincheux, Simplet, Atchoum, Timide, Dormeur, et Joyeux, travaillent dans une mine de diamant ; à cinq heures, ils quittent le travail et rentrent chez eux en sifflant gaiement. Pendant ce temps, Blanche-Neige, fatiguée, s'assoupit dans la chambre à l'étage. À leur retour, les nains s'aperçoivent que leur chaumière est occupée et pensent qu'un intrus a envahi leur maison. Inquiets, ils entrent timidement, découvrent la maison propre et la vaisselle rangée, croient qu'un monstre s'est endormi à l'étage mais découvrent finalement une jeune femme allongée en travers de trois lits. La princesse se réveille et les nains se présentent. Ils acceptent joyeusement de l'accueillir comme invitée. Elle leur sert le souper qu'elle a préparé, les ayant préalablement forcés à se laver les mains. Après le dîner, ils jouent de la musique et chantent pour elle ; elle danse avec eux et leur raconte son histoire. Blanche-Neige monte dormir à l'étage, fait une prière ; les nains restent dormir en bas.

Le même jour, la Reine demande à nouveau à son miroir qui est la plus belle du royaume. Le miroir lui apprend que Blanche-Neige est toujours vivante et l'informe du lieu où elle vit. Furieuse, elle concocte une potion qui la transformera en une vieille femme et décide d'offrir à Blanche-Neige une pomme empoisonnée qui la plongera dans un sommeil éternel, le sort ne pouvant être brisé que par le premier baiser de l'homme qu'elle aime.

Le lendemain matin, alors que les sept nains sont partis travailler à la mine, Blanche-Neige prépare une tarte aux groseilles. Elle ne se méfie pas de la vieille femme qui arrive à la chaumière et qui lui offre une pomme magique ayant le pouvoir d'exaucer un vœu. Elle croque dans la pomme et tombe inanimée. Avertis par les animaux de la forêt, les nains reviennent à leur cabane et prennent la sorcière en chasse. Alors que l'orage gronde, celle-ci fuit, se trouve acculée sur un éperon rocheux, et tente de pousser un rocher sur ses poursuivants. Un éclair frappe la falaise, brisant l'éperon rocheux sur lequel elle se dressait, la faisant chuter dans le vide. Il est trop tard pour Blanche-Neige qui est ensorcelée à jamais. Les nains se refusent à enterrer sa dépouille et à la place lui confectionnent un cercueil de verre, rehaussé d'or, disposé dans une clairière de la forêt. Au fil des saisons, ils se recueillent avec les animaux de la forêt sur le corps de la princesse.

Le prince a cherché partout celle dont il est épris ; apprenant le sort d'une jeune femme plongée dans un sommeil éternel, il découvre qu'il s'agit de Blanche-Neige. Il lui donne un baiser d'adieu, et, le sort rompu, Blanche-Neige se réveille. Les animaux et les nains dansent de bonheur. Le prince place la princesse sur son cheval blanc et l'emmène vers son château. La dernière page du livre, qui se referme, indique qu'ils vécurent heureux éternellement.

Fin des révélations.


Blanche-Neige et les Sept Nains - Fiche technique

  • Titre original : Snow White and the Seven Dwarfs
  • Titre français : Blanche-Neige et les Sept Nains
  • Réalisation : David Hand (superviseur)
    • Réalisateur de séquences : William Cottrell, Wilfred Jackson, Larry Morey, Perce Pearce et Ben Sharpsteen
  • Scénario (adaptation) : Ted Sears, Otto Englander, Earl Hurd, Dorothy Ann Blank, Richard Creedon, Dick Rickard, Merrill De Maris et Webb Smith d'après Schneewittchen de Jacob et Wilhelm Grimm
  • Conception graphique :
    • Directeurs artistiques : Charles Philippi, Hugh Hennesy, Terrell Stapp, McLaren Stewart, Harold Miles, Tom Codrick, Gustaf Tenggren, Kenneth Anderson, Kendall O'Connor et Hazel Sewell
    • Décors : Samuel Armstrong (supervision), Mique Nelson, Phil Dike, Merle Cox, Ray Lockrem, Claude Coats, Maurice Noble
    • Conception des personnages : Albert Hurter et Joe Grant
  • Animation :
    • Supervision de l'animation : Hamilton Luske, Vladimir Tytla, Fred Moore et Norman Ferguson
    • Animateurs : Frank Thomas, Dick Lundy, Art Babbitt, Eric Larson, Milt Kahl, Robert Stokes, James Algar, Al Eugster, Cy Young, Joshua Meador, Ugo D'Orsi, George Rowley, Les Clark, Fred Spencer, Bill Roberts, Bernard Garbutt, Grim Natwick, Jack Campbell, Marvin Woodward, James Culhane, Stan Quackenbush, Ward Kimball, Wolfgang Reitherman et Robert Martsch
    • Animateurs (non crédités) : Paul Busch, Hugh Fraser, Campbell Grant, John McManus, Amby Paliwoda, Tony Rivera, Louie Schmitt, Sandy Strother, David Swift, Riley Thomson, Cornett Wood
    • Assistants animateurs (non crédités) : Marc Davis, Ollie Johnston, John Lounsbery, Lester Novros
    • Layout (non crédités) : Lou Debney, Kendall O'Connor
  • Musique : Leigh Harline et Paul J. Smith
    • Chansons : Larry Morey (paroles), Frank Churchill (musique)
  • Producteur : Walt Disney
  • Production : Walt Disney Pictures
  • Distribution : RKO Radio Pictures
  • Budget : 1,48 million $US
  • Format : Couleurs (Technicolor) - 1,37:1 - Mono (RCA Sound Recording)
  • Durée   : 83 minutes
  • Dates de sortie : États-Unis États-Unis : 21 décembre 1937 ; Canada Canada : 5 avril 1938 ; France France : 4 mai 1938 ; Belgique Belgique : 26 mai 1938

Sauf mention contraire, les informations proviennent des sources concordantes suivantes : Leonard Maltin , Pierre Lambert et John Grant


Blanche-Neige et les Sept Nains - Chansons du film

Je souhaite (I'm Wishing) / Un chant (One Song) - Blanche-Neige, le Prince
Un sourire en chantant (With a Smile and a Song) - Blanche-Neige
Sifflez en travaillant (Whistle While You Work) - Blanche-Neige
Heigh-Ho - Les nains
Bluddle-Uddle-Um-Dum ou The Washing Song) - Les nains
La Tyrolienne des nains (The Silly Song ou The Dwarfs' Yodel Song) - Blanche-Neige, les nains
Un jour mon prince viendra (Some Day My Prince Will Come) - Blanche-Neige
Heigh-Ho (reprise) - Les nains
Un chant (One Song) (reprise) - le Prince et Chœur
Un jour mon prince viendra (Some Day My Prince Will Come) (reprise) - Chœur
Music in Your Soup (non-utilisée)
You're Never too Old to Be Young (non-utilisée)


Blanche-Neige et les Sept Nains - Récompenses et nominations

1938 : Nomination à l'Oscar de la meilleure musique de film.
1938 : Prix à la Mostra de Venise.
1939 : Oscar d'honneur (représenté par 8 statuettes dont sept petites) avec la mention « Innovation indiscutable dans le domaine de la cinématographie ayant charmé des millions de spectateurs et ayant ouvert au cinéma de vastes perspectives », remis à Walt Disney par Shirley Temple.
1983 : « Jackie Coogan Award » aux Young Artist Awards.
1987 : Prix spécial pour le 50e anniversaire du film aux Motion Picture Screen Cartoonists Awards associé à une Étoile sur le Hollywood Walk of Fame au 6912 Hollywood Boulevard.
1989 : Blanche-Neige et les Sept nains a été sélectionné par la Bibliothèque du Congrès pour figurer au National Film Registry.
2001 : Meilleurs Suppléments pour un DVD aux DVD Exclusive Awards.
2001 : Nominations pour le Meilleur menu de DVD et Meilleures scènes supplémentaire aux DVD Exclusive Awards.
5 février 2004 : une cérémonie d'empreinte avec Blanche-Neige a eu lieu devant le Grauman's Chinese Theatre à Los Angeles
Blanche-Neige et les Sept Nains est présent dans différents classements établis par l'American Film Institute :
il est aujourd'hui classé trente-quatrième dans le « top 100 des plus grands films américains » après avoir été classé quarante-neuvième en 1997.
Some Day My Prince Will Come est dix-neuvième au classement des plus grandes chansons du cinéma américain.
La Reine figure à la dixième place du « top 50 » des plus grand méchants du cinéma.
Le film est classé premier dans le « top 10 des meilleurs films d'animation ».


Blanche-Neige et les Sept Nains - "un jour mon prince viendra"




Blanche-Neige et les Sept Nains sur FrancoThai

Repost 0
1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 20:50

La lune et ses mysteres - La lune nous sourit ce soir

 

 

 

 

La lune et ses mysteres - La lune nous sourit ce soir

 

 

La lune mysterieuse et fascinante nous offre un spectacle inoubliable pour cette nuit... La lune sourit... La Thailande avec ses 6 heures d'avance sur la France... La Thailande a deja contemple ce spectacle magnifique de l'astre d'argent... Cet exceptionnel present de la nature qui ne se produit qu'une fois tous les 25 ans... Cette intime conviction partagee aujourd'hui-meme par une thailandaise pas comme les autres... Elle m'a demande de la contempler et de prier... Pour elle ce phenomene devoile une signification... La lune sourit aux hommes pour leur donner un espoir de paix sur Terre... Etant donne la situation dans laquelle se trouve actuellement la Thailande, je pense que ce discours porte l'espoir au premier plan... et que ce courage est exemplaire...

 

 

 

 

La lune et ses mysteres - La lune nous sourit ce soir

 

 

Et la lune sourit



La ville est suspendue
A ses lèvres et l'écoute
Pérorer

De sa bouche surgissent
Des mots colorés
Qui explosent au ciel
Comme un feu d'artifice

Un chat de gouttière
Vient à passer
Devant le micro
De l'orateur

Un vol inattendu
De corbeaux insensibles
A l'heure grave qui sonne
Distrait aussi les auditeurs

Le charme puissant
Se trouve rompu
Comme une brindille
Fragile qu'on
Brise entre les doigts

Et la lune sourit
Au-dessus des toits

 

 

 

 

La lune et ses mysteres - La lune nous sourit ce soir

 

voir aussi  Actualites

Repost 0
27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 12:02

Cendrillon

Cendrillon

 

Il était une fois un gentilhomme qui épousa en secondes noces une femme, la plus hautaine et la plus fière qu'on eût jamais vue. Elle avait deux filles de son humeur, et qui lui ressemblaient en toutes choses. Le mari avait de son côté une jeune fille, mais d'une douceur et d'une bonté sans exemple; elle tenait cela de sa mère, qui était la meilleure femme du monde. Les noces ne furent pas plus tôt faites, que la belle-mère fit éclater sa mauvaise humeur; elle ne put souffrir les bonnes qualités de cette jeune enfant, qui rendaient ses filles encore plus haïssables. Elle la chargea des plus viles occupations de la maison: c'était elle qui nettoyait la vaisselle et les montées, qui frottait la chambre de madame, et celles de mesdemoiselles ses filles. Elle couchait tout en haut de la maison, dans un grenier, sur une méchante paillasse, pendant que ses sœurs étaient dans des chambres parquetées, où elles avaient des lits des plus à la mode, et des miroirs où elles se voyaient depuis les pieds jusqu'à la tête.
La pauvre fille souffrait tout avec patience, et n'osait s'en plaindre à son père qui l'aurait grondée, parce que sa femme le gouvernait entièrement. Lorsqu'elle avait fait son ouvrage, elle s'en allait au coin de la cheminée, et s'asseoir dans les cendres, ce qui faisait qu'on l'appelait communément dans le logis Cucendron. La cadette, qui n'était pas si malhonnête que son aînée, l'appelait Cendrillon; cependant Cendrillon, avec ses méchants habits, ne laissait pas d'être cent fois plus belle que ses sœurs, quoique vêtues très magnifiquement. Il arriva que le fils du roi donna un bal, et qu'il y invita toutes les personnes de qualité: nos deux demoiselles en furent aussi invitées, car elles faisaient grande figure dans le pays. Les voilà bien aises et bien occupées à choisir les habits et les coiffures qui leur siéraient le mieux; nouvelle peine pour Cendrillon, car c'était elle qui repassait le linge de ses sœurs et qui godronnait leurs manchettes: on ne parlait que de la manière dont on s'habillerait. -''Moi, dit l'aînée, je mettrai mon habit de velours rouge et ma garniture d'Angleterre." -"Moi, dit la cadette, je n'aurai que ma jupe ordinaire; mais par contre, je mettrai mon manteau à fleurs d'or, et ma barrière de diamants, qui n'est pas des plus indifférentes.''

 

On envoya chercher la bonne coiffeuse, pour dresser les cornettes à deux rangs, et on fit acheter des mouches de la bonne faiseuse : elles appelèrent Cendrillon pour lui demander son avis, car elle avait bon goût. Cendrillon les conseilla le mieux du monde, et s'offrit même à les coiffer; ce qu'elles voulurent bien. En les coiffant, elles lui disaient: -''Cendrillon, serais-tu bien aise d'aller au bal ?" -"Hélas, mesdemoiselles, vous vous moquez de moi, ce n'est pas là ce qu'il me faut." -" Tu as raison, on rirait bien si on voyait un cucendron aller au bal.'' Une autre que Cendrillon les aurait coiffées de travers; mais elle était bonne, et elle les coiffa parfaitement bien. Elles furent près de deux jours sans manger, tant elles étaient emplies de joie. On rompit plus de douze lacets à force de les serrer pour leur rendre la taille plus menue, et elles étaient toujours devant leur miroir.

Enfin l'heureux jour arriva, on partit, et Cendrillon les suivit des yeux le plus longtemps qu'elle put; lorsqu'elle ne les vit plus, elle se mit à pleurer. Sa marraine, qui la vit toute en pleurs, lui demanda ce qu'elle avait : -''Je voudrais bien... je voudrais bien...'' Elle pleurait si fort qu'elle ne put achever. Sa marraine, qui était fée, lui dit: -''Tu voudrais bien aller au bal, n'est-ce pas ? -"Hélas oui" dit Cendrillon en soupirant. -"Hé bien, seras-tu bonne fille ?" dit sa marraine, je t'y ferai aller. Elle la mena dans sa chambre, et lui dit : -''Va dans le jardin et apporte-moi une citrouille.'' Cendrillon alla aussitôt cueillir la plus belle qu'elle put trouver, et la porta à sa marraine, ne pouvant deviner comment cette citrouille pourrait la faire aller au bal. Sa marraine la creusa, et n'ayant laissé que l'écorce, la frappa de sa baguette, et la citrouille fut aussitôt changée en un beau carrosse tout doré.

 

Ensuite elle alla regarder dans sa souricière, où elle trouva six souris toutes en vie ; elle dit à Cendrillon de lever un peu la trappe de la souricière, et à chaque souris qui sortait, elle lui donnait un coup de sa baguette, et la souris était aussitôt changée en un beau cheval; ce qui fit un bel attelage de six chevaux, d'un beau gris de souris pommelé. Comme elle était en peine de quoi elle ferait un cocher: -''Je vais voir, dit Cendrillon, s'il n'y a point quelque rat dans la ratière, nous en ferons un cocher." -"Tu as raison", dit sa marraine "va voir.'' Cendrillon lui apporta la ratière, où il y avait trois gros rats. La fée en prit un d'entre les trois, à cause de sa maîtresse barbe, et l'ayant touché, il fut changé en un gros cocher, qui avait une des plus belles moustaches qu'on ait jamais vues. Ensuite elle lui dit: -''Va dans le jardin, tu y trouveras six lézards derrière l'arrosoir, apporte-les-moi." Elle ne les eut pas plus tôt apportés, que la marraine les changea en six laquais, qui montèrent aussitôt derrière le carrosse avec leurs habits chamarrés, et qui s'y tenaient accrochés, comme s'ils n'eussent fait autre chose toute leur vie.

 

La fée dit alors à Cendrillon : -''Hé bien, voilà de quoi aller au bal, n'es-tu pas bien aise? -"Oui, mais est-ce que j'irai comme ça avec mes vilains habits?'' Sa marraine ne fit que la toucher avec sa baguette, et en même temps ses habits furent changés en des habits de drap d'or et d'argent tout chamarrés de pierreries; elle lui donna ensuite une paire de pantoufles de verre, les plus jolies du monde. Quand elle fut ainsi parée, elle monta en carrosse; mais sa marraine lui recommanda instamment de ne pas dépasser minuit, l'avertissant que si elle demeurait au bal un moment de plus, son carrosse redeviendrait citrouille, ses chevaux des souris, ses laquais des lézards, et que ses vieux habits reprendraient leur première forme. Elle promit à sa marraine qu'elle ne manquerait pas de sortir du bal avant minuit. Elle part, ne se sentant pas de joie.

 

Le fils du roi, qu'on alla avertir qu'il venait d'arriver une grande princesse qu'on ne connaissait point, courut la recevoir; il lui donna la main à la descente du carrosse, et la mena dans la salle où était la compagnie. Il se fit alors un grand silence; on cessa de danser, et les violons ne jouèrent plus, tant on était attentif à contempler les grandes beautés de cette inconnue. On n'entendait qu'un bruit confus: -''Ha, qu'elle est belle!'' Le roi même, tout vieux qu'il était, ne lassait pas de la regarder, et de dire tout bas à la reine qu'il y avait longtemps qu'il n'avait vu une si belle et si aimable dame. Toutes les dames étaient attentives à considérer sa coiffure et ses habits, pour en avoir dès le lendemain de semblables, pourvu qu'il se trouvât des étoffes assez belles, et des ouvriers assez habiles. Le fils du roi la mit à la place d'honneur, et ensuite la prit pour la mener danser: elle dansa avec tant de grâce, qu'on l'admira encore davantage. On apporta une fort belle collation, dont le jeune prince ne mangea point, tant il était occupé à la contempler.

 

Elle alla s'asseoir auprès de ses sœurs, et leur fit mille honnêtetés: elle leur fit part des oranges et des citrons que le Prince lui avait donnés, ce qui les étonna fort, car elles ne la connaissaient point. Lorsqu'elles causaient ainsi, Cendrillon entendit sonner onze heures trois quarts: elle fit aussitôt une grande révérence à la compagnie, et s'en alla le plus vite qu'elle put. Dès qu'elle fut arrivée, elle alla trouver sa marraine, et après l'avoir remerciée, elle lui dit qu'elle souhaiterait bien aller encore le lendemain au bal, parce que le fils du roi l'en avait priée. Comme elle était occupée à raconter à sa marraine tout ce qui s'était passé au bal, les deux sœurs frappèrent à la porte; Cendrillon alla leur ouvrir: -''Que vous avez mis longtemps à revenir!'' leur dit-elle en bâillant, en se frottant les yeux, et en s'étendant comme si elle n'eût fait que de se réveiller; elle n'avait cependant pas eu envie de dormir depuis qu'elles s'étaient quittées. -''Si tu étais venue au bal, lui dit une de ses sœurs, tu ne t'y serais pas ennuyée: il y est venu la plus belle princesse, la plus belle qu'on puisse jamais voir; elle nous a fait mille civilités, elle nous a donné des oranges et des citrons.''

 

Cendrillon ne se sentait pas de joie: elle leur demanda le nom de cette princesse; mais elles lui répondirent qu'on ne la connaissait pas, que le fils du roi en était fort en peine, et qu'il donnerait toutes choses au monde pour savoir qui elle était. Cendrillon sourit et leur dit: -''Elle était donc bien belle? Mon Dieu, que vous êtes heureuses, ne pourrais-je point la voir? Hélas! Mademoiselle Javotte, prêtez-moi votre habit jaune que vous mettez tous les jours." -"Vraiment", dit Mademoiselle Javotte,"je suis de cet avis! Prêtez votre habit à un vilain cucendron comme cela, il faudrait que je fusse bien folle.'' Cendrillon s'attendait bien à ce refus, et elle en fut bien aise, car elle aurait été grandement embarrassée si sa sœur eût bien voulu lui prêter son habit. Le lendemain les deux sœurs furent au bal, et Cendrillon aussi, mais encore plus parée que la première fois. Le fils du roi fut toujours auprès d'elle, et ne cessa de lui conter des douceurs; la jeune demoiselle ne s'ennuyait point, et oublia ce que sa marraine lui avait recommandé; de sorte qu'elle entendit sonner le premier coup de minuit, lorsqu'elle ne croyait pas qu'il fût encore onze heures: elle se leva et s'enfuit aussi légèrement qu'aurait fait une biche.

 

Le prince la suivit, mais il ne put l'attraper; elle laissa tomber une de ses pantoufles de verre, que le prince ramassa bien soigneusement. Cendrillon arriva chez elle bien essoufflée, sans carrosse, sans laquais, et avec ses méchants habits, rien ne lui étant resté de toute sa magnificence qu'une de ses petites pantoufles, la pareille de celle qu'elle avait laissée tomber. On demanda aux gardes de la porte du palais s'ils n'avaient point vu sortir une princesse; ils dirent qu'ils n'avaient vu sortir personne, qu'une jeune fille fort mal vêtue, et qui avait plus l'air d'une paysanne que d'une demoiselle. Quand ses deux sœurs revinrent du bal, Cendrillon leur demanda si elles s'étaient encore bien diverties, et si belle dame y avait été. Elles lui dirent que oui, mais qu'elle s'était enfuie lorsque minuit avait sonné, et si promptement qu'elle avait laissé tomber une de ses petites pantoufles de verre, la plus jolie du monde; que le fils du roi l'avait ramassée, et qu'il n'avait fait que la regarder pendant tout le reste du bal, et qu'assurément il était fort amoureux de la belle dame à qui appartenait la petite pantoufle.

 

Elles dirent vrai, car peu de jours après, le fils du roi fit publier à son de trompe qu'il épouserait celle dont le pied serait bien juste à la pantoufle. On commença à l'essayer aux princesses, ensuite aux duchesses, et à toute la cour, mais inutilement. On la porta chez les deux sœurs, qui firent tout leur possible pour faire entrer leur pied dans la pantoufle, mais elles ne purent en venir à bout. Cendrillon qui les regardait, et qui reconnut sa pantoufle, dit en riant : -'Que je voie si elle ne me serait pas bonne!'' Ses sœurs se mirent à rire et à se moquer d'elle. Le gentilhomme qui faisait l'essai de la pantoufle, ayant regardé attentivement Cendrillon, et la trouvant fort belle, dit que cela était juste, et qu'il avait ordre de l'essayer à toutes les filles. Il fit asseoir Cendrillon, et approchant la pantoufle de son petit pied, il vit qu'elle y entrait sans peine, et qu'elle y était juste comme de cire. L'étonnement des deux sœurs fut grand, mais plus grand encore quand Cendrillon tira de sa poche l'autre petite pantoufle qu'elle mit à son pied.

 

Là-dessus arriva la marraine qui, ayant donné un coup de sa baguette sur les habits de Cendrillon, les fit devenir encore plus magnifiques que tous les autres. Alors ses deux sœurs la reconnurent pour la belle dame qu'elles avaient vue au bal. Elles se jetèrent à ses pieds pour lui demander pardon de tous les mauvais traitements qu'elles lui avaient fait souffrir. Cendrillon les releva, et leur dit, en les embrassant, qu'elle leur pardonnait de bon cœur, et qu'elle les priait de l'aimer bien toujours. On la mena chez le jeune prince, parée comme elle était: il la trouva encore plus belle que jamais, et peu de jours après il l'épousa. Cendrillon, qui était aussi bonne que belle, fit loger ses deux sœurs au palais, et les maria dès le jour même à deux grands seigneurs de la cour.
 

 

 


Cendrillon - MORALITE

 

 

La beauté pour le sexe est un rare trésor,
De l'admirer jamais on ne se lasse;
Mais ce qu'on nomme bonne grâce
Est sans prix, et vaut mieux encor.
C'est ce qu'à Cendrillon fit avoir sa Marraine,
En la dressant, en l'instruisant,
Tant et si bien qu'elle en fit une Reine:
(Car ainsi sur ce Conte on va moralisant.)
Belles, ce don vaut mieux que d'être bien coiffées,
Pour engager un cœur, pour en venir à bout,
La bonne grâce est le vrai don des Fées;
Sans elle on ne peut rien, avec elle, on peut tout.


 

Cendrillon - AUTRE MORALITE

 

 

C'est sans doute un grand avantage,
D'avoir de l'esprit, du courage,
De la naissance, du bon sens,
Et d'autres semblables talents,
Qu'on reçoit du Ciel en partage;
Mais vous aurez beau les avoir,
Pour votre avancement ce seront choses vaines,
Si vous n'avez, pour les faire valoir,
Ou des parrains ou des marraines.

 


Cendrillon


Cendrillon

Cendrillon...

 

voir aussi  Chroniques de la Lune Noire

Repost 0
24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 21:51

Cendrillon est un conte populaire

 

 

Cendrillon est un conte populaire

 

Cendrillon est un conte populaire. Il en existe plusieurs versions de par le monde, dont certaines peuvent être très différentes de celle connue en Occident. 

Cendrillon est un conte populaire - Une histoire présente partout dans le monde

Comme pour beaucoup d'histoires appartenant avant tout au patrimoine oral, celle-ci est présente dans presque toutes les époques et civilisations. Il n'existe pas forcément de lien direct et identifiable entre toutes ces versions. On parle alors de « trame récurrente » vraisemblablement liée au genre humain, aux questionnements qui l'interpellent depuis toujours.

Voici la trame en question, mais qui peut cependant connaître des variations selon les régions où elle est appliquée (un conte populaire vivant avant tout de pratique orale), mais restant, dans presque tous les cas conforme à ce modèle :

  • Un enfant plus ou moins rejeté par sa famille qui aimerait faire les mêmes choses que les autres enfants de son entourage.
  • L'aide d'adjuvants dans son périple.
  • La préférence d'une personne convoitée par tous pour cet enfant délaissé.
  • Une consigne à ne pas enfreindre (ex : les douze coups de minuit)
  • La personne convoitée qui finit par la retrouver après une épreuve d'identification.
  • Le triomphe de l'enfant sur ceux qui le méprisaient.

Cendrillon est un conte populaire - Une version antique du conte 

Parmi les multiples versions du conte que l'histoire littéraire a retenues il y a celle-ci, retranscrite au IIIe siècle par d'Élien. L'auteur raconte l'histoire de Rhodope, une jeune Grecque embarquée en Égypte comme esclave. Un jour, un aigle lui vola une de ses pantoufles alors qu'elle était au bain. L'oiseau laissa tomber la pantoufle aux pieds du pharaon Psammétique ; celui-ci, frappé de stupeur par la délicatesse de la pantoufle, promit d'épouser la femme à qui elle appartenait.
 

Cendrillon est un conte populaire - Le nom de l'héroïne 

Cendrillon n'est que le surnom de l'héroïne, dérivé du fait qu'elle se repose dans la cendre une fois son travail fini. On ignore son nom réel. Elle a un second surnom, celui de Cucendron, qu'une précieuse aurait banni mais que Charles Perrault choisit pour mieux souligner la vulgarité de Javotte (la belle-sœur ainée).

Ces deux surnoms sont dérivés du mot cendre, qui a toujours été symbole d'humiliation et de pénitence : la Bible et l'Odyssée font mention de Jérémie se roulant dans les cendres et Ulysse assis dessus. Quant aux pères de l'Église, ils nous montrent les pénitents se couvrant la tête de cendres ou vivant dans la cendre. Le surnom de Cendrillon vient d'un amalgame entre les mots cendre et souillon. Dans un conte chinois similaire du IXe siècle, la jeune fille se nomme Yè Xiàn. Ce nom se rapproche d'un point de vue phonétique de termes tels que aschen (allemand), asan (en sanskrit) ashes (anglais) et aescen (anglo-saxon) qui signifient cendre. Il s'agit donc toujours de la même histoire.

Mais ce seront essentiellement Charles Perrault en 1697 avec Cendrillon ou La Petite Pantoufle de verre et Jacob et Wilhelm Grimm, en 1812 avec Cendrillon qui auront permis au conte de se fixer sous la forme qu'on lui connait dans l'imaginaire collectif.

Néanmoins, son nom anglais Cinderella résulte d'une traduction « trop facile » de son nom original ; car contrairement à ce que cela pourrait laisser penser, la traduction anglaise exacte de « cendre » n'est pas cinder (qui signifie en fait « escarbille ») mais ash. L’Oxford English Dictionnary précise d'ailleurs que cinder n'a pas la même étymologie que ash. Une autre différence réside dans ce que désigne respectivement l'escarbille et la cendre : La cendre est une matière poussiéreuse et propre résultant d'une combustion complète, alors que l'escarbille est une matière solide et sale résultant d'une combustion incomplète.
 

Cendrillon est un conte populaire - Comparaison entre Perrault et les frères Grimm 

La version de Charles Perrault, Cendrillon ou La Petite Pantoufle de verre, présente déjà une importante différence avec la version des frères Grimm : le prince tente de retenir l'héroïne en enduisant l'escalier de poix. Dans d'autres versions, l'héroïne laisse intentionnellement tomber sa pantoufle. On observe ici que ces contes sont bien plus anciens que les versions courantes et qu'ils ont été adaptés pour les enfants, alors qu'à l'origine ils servaient à véhiculer un certain nombre de principes. D'autres versions parlent d'un anneau qui n'irait qu'à l'héroïne.

Il existe des similitudes avec d'autres contes. On reconnaît bien sûr dans l'image de l'anneau l'empreinte de Peau d'Âne. Dans certaines versions, ce n'est pas une fée marraine qui aide l'héroïne, mais sa mère défunte qui lui apparait alors sous la forme d'un animal ou d'un arbre. Cependant, l'héroïne reçoit toujours de l'aide, et cela dans toutes les versions.

La plupart des versions sont directement issues des anciennes traditions populaires, et recèlent beaucoup de sagesse. Même si le thème de la justice du destin est clairement identifiable dans toutes les versions, les conteurs ne sont pas tous d'accord sur le second thème à aborder, à savoir, la punition ou le pardon. Dans la version de Charles Perrault, les belles-sœurs sont pardonnées par l'héroïne, alors que dans la version des frères Grimm, elles sont doublement punies ; il y a d'une part le fruit de leur mutilation devant leur permettre de chausser la pantoufle (dans une version écossaise intitulée Rashin Coatie, la belle-mère mutile elle-même ses filles) et d'autre part le fait qu'elles finissent aveugles.

Encore les frères Grimm sont-ils modérés par rapport à la première version allemande, dans laquelle les belles-sœurs sont condamnées à danser avec des chaussures de métal chauffées au rouge jusqu'à ce que mort s'ensuive. Un tel châtiment (dont la brutalité rappelle que les contes populaires peuvent avoir la vocation morale des apologues et qu'ils mettent en garde contre les tentations du mal) se trouve cependant dans la Blanche-Neige des mêmes frères Grimm.

De même, la version des frères Grimm, ainsi que d'autres versions plus anciennes de l'histoire, ne dit absolument pas que l'héroïne doit à tout prix quitter le bal avant minuit. Elle ne s'y rend d'ailleurs pas non plus à bord d'une citrouille transformée en carrosse conduit par un rat transformé en cocher, tiré par six souris transformées en chevaux, et entouré par six lézards transformés en laquais (à l'époque de Charles Perrault, les laquais étaient souvent sujet de plaisanterie à cause de leur paresse. De même, l'image du lézard qui reste immobile sous le soleil a souvent été rapprochée des personnes de nature paresseuse ; d'où cette dernière métamorphose.
 

Cendrillon est un conte populaire - Psychanalyse de ce conte de fée  

L'image de la marraine-fée qui dans la version de Charles Perrault tient absolument à ce que l'héroïne quitte le bal avant minuit faute de quoi tout ce qu'elle lui a donné redeviendra comme avant, représente l'image du parent qui tient absolument à ce que son enfant ne traine pas dehors tard dans la nuit, sinon les choses pourraient aller très mal pour lui.

 

 Cendrillon est un conte populaire - Pantoufle de vair ou de verre ?

 

Essayage de la pantoufle de verre

La pantoufle de Cendrillon, est selon les versions, de vair (fourrure d'écureuil) ou de verre. L'édition de 1697 des contes de Charles Perrault mentionne bien « la pantoufle de verre », donnée traditionnelle dans le folklore, puisqu'on retrouve des pantoufles de verre ou cristal dans les contes catalans, écossais, irlandais. Dans d'autres contes, le héros peut avoir des chaussures de fer, et Blanche-Neige des frères Grimm un cercueil de verre. En occitan, une formule de conclusion utilisée par les conteurs était celle-ci : Cric-crac ! Mon conte es acabat / Abió un escloupoun de veire / Se l'abio pas trincat / Aro lou vous farió veser. (Cric-crac, mon conte est achevé / J'avais un petit sabot de verre / Si je ne l'avais pas brisé / Je vous le ferais voir.)

Honoré de Balzac et Émile Littré voulaient, au nom de la raison, corriger cette graphie en vair (petit-gris, écureuil). Cette correction n’apporte pas toute satisfaction, car outre le fait que jamais on ne fourra par le passé les chaussures de petit-gris, de tels souliers seraient bien inappropriés à un bal et à la danse, et la fourrure n'apporte aucune valeur symbolique au récit. Le verre était, à l'époque de Perrault, pour le peuple, un matériau rare et précieux, symbolique donc d'une personnalité exceptionnelle, particulièrement fine et légère. On peut arguer au nom de le raison qu'il serait bien difficile de chausser une pantoufle de verre si elle ne s'ajustait pas exactement à la forme et à la taille du pied, ce qui se produit dans l'histoire.

Le sens du mot pantoufle (chaussure d'intérieur confortable) a certainement influé dans ce sens (les traductions de la version de Grimm emploient escarpin, et d'ailleurs des escarpins en or, qui ne doivent pas être spécialement confortables non plus).
 

Cendrillon est un conte populaire - Adaptations 

Le conte de Cendrillon est un récit d'origine orale, source d'inspiration pour toutes les disciplines artistiques. Il s'est ainsi propagé à travers les siècles et les continents. On dénombre aujourd'hui plus de cinq-cents versions différentes. Ainsi, depuis la légende de Rhodope, en passant par sa mise par écrit en Chine au IXe siècle, le conte vietnamien de Bo Than où l'héroïne prie Bouddha, La Chatte cendreuse de l'Italien Giambattista Basile en 1634, l'opéra comique Cendrillon de Jules Massenet en 1899, ou plus récemment un ballet de Rudolf Noureev, la comédie musicale Cindy de Luc Plamondon, la Cendrillon des temps modernes en 2002. Parmi les adaptations les plus remarquables :

  • Cendrillon, ballet qui connut de nombreuses versions de 1813 à nos jours
  • Cendrillon, film avec Jeanne d'Alcy
  • Cendrillon, film d'animation de Walt Disney (1950)
  • Cendrillon, série télévisée d'animation italo-japonaise
  • Cendrillon, chanson de Téléphone, sortie en 1982 dans l'album Dure limite
  • Cendrillon, roman d'Éric Reinhardt
  • À tout jamais (La véritable histoire de Cendrillon) (Ever After) un film de 1998 de Andy Tennant avec Drew Barrymore.
  • Comme Cendrillon, de Mark Rosman avec Hilary Duff , Chad Michael Murray et Brenda Song
  • Cendrillon, comédie pour théatre de marionnettes de Jean-Baptiste Fronty


 


Cendrillon est un conte populaire

 

voir aussi  Cendrillon  l'histoire...

Repost 0
24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 08:08

Rubik's Cube - Toute une histoire

 

Rubik's Cube - Toute une histoire

 

Le Rubik’s Cube est inventé en 1974 par Ernő Rubik, un sculpteur et professeur d’architecture hongrois, qui s’intéresse à la géométrie et à l’étude des formes en 3D. Ernő obtient en 1975 le brevet hongrois HU170062 pour le "Magic Cube", mais ne demande pas de brevet international. Le produit est testé en 1977, et les premiers cubes se vendent peu après dans les boutiques de jouets de Budapest.

L’idée initiale de Ernő Rubik était de construire le cube afin d’amener ses étudiants à deviner quel était son mécanisme interne, comment les petits cubes pouvaient tourner suivant trois axes tout en restant solidaires, et donc de les amener à réfléchir en 3 dimensions. Ce n’est qu’ensuite qu’il eut l’idée (sur la suggestion d’un ami) de colorer chaque face d’une couleur différente, constatant alors qu’après mélange, l’ordre initial du cube s’avérait extrêmement difficile à retrouver. Il eut alors l’idée de le commercialiser en tant que « casse-tête » mathématique.

En Hongrie, le cube gagne en popularité par le bouche-à-oreille, et est bientôt connu dans toute l’Europe. En septembre 1979, à l'instigation de Bernard Farkas, un accord est signé avec Ideal Toys pour distribuer le cube mondialement. Ideal Toys renomme alors le cube « Rubik’s Cube » et les premiers exemplaires sont exportés de Hongrie vers mai 1980, en direction de Londres, New York et Paris.

Aujourd’hui le Rubik’s Cube est distribué sous licence par de nombreux distributeurs par le monde. Il est distribué par Winning Moves en France et par Jumbo en Belgique.

Le Rubik’s Cube atteint son maximum de popularité au début des années 1980. Plus de 100 millions de cubes sont vendus entre 1980 et 1982. Le « Rubik’s Cube » gagne le prix des distributeurs de jouets britanniques en 1980 et de nouveau en 1981. De nombreux jeux similaires sont distribués peu de temps après le Rubik’s Cube, notamment le « Rubik’s Revenge », une version 4×4×4 du Rubik’s Cube. Il existe aussi une version 2×2×2 et 5×5×5 (connus respectivement sous les noms de « Pocket Cube » et de « Professor’s Cube »), et des versions dans d’autres formes, comme la pyramide ou le tétraèdre. Depuis Juin 2008, les modèles 6x6x6 et 7x7x7 sont sortis sous la marque V-cubes.

En 1981, Patrick Bossert, écolier britannique de douze ans, publie sa propre solution détaillée. Le livre, You can do the cube, se vend à 1,5 million d’exemplaires à travers le monde, dans dix-sept éditions différentes. Il est numéro 1 des best-sellers de The Times et The New York Times en 1981.

De 1983 à 1984, Hanna-Barbera crée douze épisodes d’un dessin animé appelé Rubik, The amazing cube qui est diffusé sur ABC.

 

 

Rubik's Cube - Toute une description

 

Le Rubik’s Cube est un cube dont chaque face est divisée en neuf cubes miniatures qui peuvent tourner indépendamment des autres. En fait le cube est composé d’un axe central portant les centres des 6 faces, de 8 cubes de coin à 3 faces visibles et de 12 cubes d’arête à 2 faces visibles. À l’état final, chaque face du cube de Rubik est d’une couleur homogène et différente des autres, mais la rotation indépendante de chaque face provoque un mélange des petits cubes de coin et d’arête.

Le but du jeu est, après avoir mélangé les six faces, de manipuler le cube pour tenter de lui rendre son apparence d’origine, avec les six faces de couleurs unies. Les couleurs des faces du cube original sont : blanc en face de jaune, vert en face de bleu, orange en face de rouge. Si le blanc se trouve sur la face supérieure et le bleu sur la face avant, alors le rouge est à droite et ainsi de suite. Sur les copies non originales, les positions relatives des faces de couleurs et même parfois les couleurs peuvent changer.

Il en est sorti de nombreuses variantes de forme (dodécaédrique, étoilé, sphérique, à angles rabattus, etc.), de taille (2×2×2, 4×4×4, etc.) et de décoration (par exemple sous forme de calendrier, imposant un exercice quotidien pour les mettre à la bonne date).

La pratique du Rubik’s Cube est le speedcubing et consiste à la résolution du cube en un temps le plus court possible. On peut arriver, avec suffisamment d’entraînement, à quelques minutes. Les meilleurs, cependant, le font en moins de 15 secondes.

Il existe différentes techniques, consistant à réaliser des algorithmes comportant une dizaine de mouvements. Les techniques les plus utilisées consistent à construire la « croix » d’une face avant de finir cette face. On termine ensuite les arêtes de la tranche intermédiaire. Puis on résout la dernière face en orientant puis permutant les cubes qui la constituent. Ces méthodes sont nommées « Layer by Layer » pour « couche par couche » .

 






Rubik's Cube - Toute une histoire

 

voir aussi  Actualites

Repost 0
23 novembre 2008 7 23 /11 /novembre /2008 19:02

Rubik’s cube  - Complexité du problème

 

 

Rubik’s cube  - Mécanisme interne du cube

 

Rubik’s cube  - Complexité du problème

 

Le nombre de positions différentes est de 8! × 37 × 12! × 210 = 11 × 72 × 53 × 314 × 227 = 43 252 003 274 489 856 000 (c’est-à-dire plus de 43 milliards de milliards de combinaisons), dont 1 seule correspond au cube fini. Pour donner une idée du nombre de combinaisons, en passant en revue 1 milliard de combinaisons différentes par seconde, cela prendrait plus de 1 200 ans pour les épuiser toutes!

Cela se calcule comme suit :

  1. Chaque arête peut prendre deux orientations possibles. Étant donné qu’on ne peut pas changer l’orientation d’une arête seule, l’orientation de toutes les arêtes fixe l’orientation de la dernière. Cela nous donne 211 possibilités d’orientation des arêtes.
  2. Chaque coin a trois orientations possibles. De même, on ne peut pas retourner un coin seul, l’orientation du dernier coin est donc fixée par les autres. Cela nous donne 37 possibilités d’orientation de coins.
  3. Les arêtes peuvent s’interchanger entre elles, ce qui nous donne 12! possibilités de positionnements pour les arêtes.
  4. Les coins peuvent s’interchanger entre eux. Cela fait 8! possibilités.
  5. Mais il existe un problème dit de parité : on ne peut échanger juste deux coins ou deux arêtes (mais on peut interchanger deux coins ET deux arêtes). La position des arêtes et des premiers coins fixe donc la position des 2 derniers coins et il faut donc diviser le résultat par deux.

Ce qui donne bien : 8! × 37 × 12! × 210 = 43 252 003 274 489 856 000

Les centres ne sont pas considérés dans ce calcul, car ce sont eux qui nous servent de points de repère.

Des versions modifiées du cube original, par exemple avec un motif imprimé sur ses surfaces, nécessitent, elles, une position spécifique de ces carrés centraux qui nous oblige à considérer l’orientation des centres. Chaque centre a quatre orientations possibles, l’orientation du dernier est comme d’habitude fixée par celle des précédents (à un demi-tour près) et il faut donc multiplier le nombre de positions du Rubik’s cube par 2*45 = 2048.

 

 

Rubik’s cube  - Méthodes de résolution

 

On peut tenter de chercher la solution au hasard, mais étant donnée l’espérance de vie humaine, ce n’est pas une solution viable. Il a donc fallu inventer des méthodes pour résoudre le cube. La légende veut qu’Ernő Rubik lui-même y ait passé un mois.

On peut manipuler le cube méthodiquement, selon des séquences de mouvements prédéfinies qui permettent de remonter le cube progressivement, c’est-à-dire de déplacer et d’orienter les petits cubes par étapes, sans perdre les fruits de son travail préalable.

 

 

Rubik’s cube  - Complexité du problème - Mécanisme interne du cube

 

voir aussi  CATEGORIES FRANCOTHAI

 

 

Repost 0
22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 14:57

Festival de sculptures sur glace et de neige de Harbin

 

 

 

Le monde de neige et de glace à Harbin

 

Festival de sculptures sur glace et de neige de Harbin

 

Le Festival de sculptures sur glace et de neige de Harbin est un événement annuel depuis 1963 mais qui a été interrompu entre le début de la Révolution culturelle et 1985. Harbin, République populaire de Chine, est la capitale de la province de Heilongjiang au climat très froid en hiver. La température moyenne en janvier est de -16,8 °C mais peut atteindre -38,1 °C fréquemment. La population a par conséquent développé une culture intimement lié à la neige et à la glace. Son festival a pris une envergure internationale depuis plusieurs années.

 

 

Festival de sculptures sur glace et de neige de Harbin - Description...

 

Le festival débute le 5 janvier et dure au moins un mois. Cependant, les attractions ouvrent souvent leurs portes avant le début officiel et se poursuivent après la fin, si la température le permet. Les sculptures sur glace vont des sujets traditionnels du folklore chinois, comme les lanternes, aux plus modernes scènes incorporant des lasers. Elles se retrouvent dans plusieurs parcs de la ville, et des visites guidées sont organisées.

La matière première provient de la rivière voisine, la Songhua. Dès début décembre, plusieurs milliers d'ouvriers commencent à découper les blocs. En 2008, 120.000 mètres cubes ont été utilisés.

Le festival comprend également des activités pour tous, allant du ski alpin à Yabuli, jusqu'à une compétition de nage dans la rivière gelée et des expositions de lanternes de glace au jardin Zhaolin.

Lancé dans les années 1960, le festval n'a pris son essor que récemment, avec les réformes économiques et la volonté de la ville, autrefois un bastion industriel de l'économie collectiviste, de se moderniser et de s'ouvrir au monde. Le festival accueille chaque année quelque 800.000 visiteurs, dont 90% sont Chinois et le reste vient des pays asiatiques voisins.

 

Festival de sculptures sur glace et de neige de Harbin -

 

Il s'agit d'une des quatre plus connus festivals de scultures sur glace et de neige au monde. Il rivalise avec le Festival de la neige de Sapporo, au Japon, le Carnaval de Québec, au Canada, et le Festival du ski en Norvège.

Des concurrents viennent de plusieurs pays pour y participer et des sculpteurs de Harbin ont plusieurs fois participé à d'autres festivals internationaux. En 2007, le thème du Festival était in memoriam du docteur canadien Norman Bethune, un héros de la 8e armée de marche de Mao Zedong durant la Guerre sino-japonaise (1937-1945). Une des scultures représentant les chutes Niagara et la traversée du Détroit de Béring par les Amérindiens, fait de 13 000 m3 de neige, est entrée au livre des records Guinness comme la plus grosse jamais faite (250 m par 9 m)

 






 

Festival de sculptures sur glace et de neige de Harbin

 

 

 voir aussi  ELEPHANTS DE LA RIVIERE KWAI

 

Repost 0
16 novembre 2008 7 16 /11 /novembre /2008 16:06

L’écrivain Saneh Sangsuk décoré (7/11/2008)




Saneh Sangsuk


L’écrivain Saneh Sangsuk décoré (7/11/2008)

L’Ambassadeur de France Laurent Bili a remis les insignes de Chevalier des Arts et des Lettres au romancier Saneh Sangsuk le 7 novembre. Selon les mots de l’Ambassadeur, Saneh Sangsuk est indiscutablement le romancier thaïlandais le mieux connu en France. ’Venin’, son bref et captivant roman, a été publié aux Editions du Seuil, puis en poche, et s’est vendu à plus de 25000 exemplaires. ’L’ombre blanche’ est reconnu par les critiques européens comme un chef d’oeuvre, qui fait de Saneh Sangsuk l’un des grands écrivains contemporains...
 
La cérémonie s’est déroulée en présence de Marcel Barang, traducteur de l’oeuvre de Saneh Sangsuk, et du dessinateur Sera, qui a remis à l’écrivain une toile inspirée de son œuvre brossée pendant la cérémonie...

Ecrivain thaïlandais

[Littérature étrangère]
Né à Bangkok en 1957


L’écrivain Saneh Sangsuk décoré (7/11/2008)


Allocution prononcée à l’occasion de la remise des insignes de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres

à M. Saneh Sangsuk

7 novembre 2008

 

 

Ladies and Gentlemen,

 

We are gathering here today to pay tribute to the Thai contemporary literature, in honouring one of its representatives, Saneh Sangsuk, undoubtedly the best known Thai novelist in France. In this regards, allow me, on the one hand, to associate his translator, Mr. Marcel Barang, to this homage, and, on the other hand, to encourage you all to read and reread his novels, in Thai, or in French or English versions.

 

Conformément à la tradition, je vais rappeler l’oeuvre de M. Sangsuk.

 

คุณเสน่ห์ สข์สุข

Monsieur Saneh Sangsuk,

 

คุณทุ่มเทให้กับการเขียนหนังสือมาตลอด  หลังจากจบการศึกษาสาขาวรรณคดี อังกฤษ คุณรังสรรค์วรรณกรรมของตนเอง

 

Vous  avez consacré votre vie à l’écriture. Après avoir fait des études de littérature anglo-saxonne, vous avez commencé votre propre œuvre littéraire.

 

เพื่อเตรียมตัวเดินทางมาอยู่ประเทศไทย ผมไปร้านหนังสือที่ผมชอบ และได้ค้นพบ เรื่องแปลจากผลงานเรื่องแรกของคุณที่ชื่อ « อสรพิษ  »  ซึ่งเป็นนิยายขนาดสั้น ที่ลึกซึ้งกินใจ

 

En préparant mon séjour en Thaïlande, j’ai fait le tour de ma librairie favorite et découvert votre premier ouvrage ‘’Venin’’, un bref et captivant roman.

 

อีกทั้งผมยังได้ค้นพบเรื่องแปลจาก  « เจ้าการะเกด »   ซึ่งเป็นผลงานที่ทำให้เรา รู้จักประเทศไทยในส่วนที่ยังคงความเป็นชนบทเป็นหมู่บ้านท่ามกลางป่าอันงดงาม

 

Puis ce fût pour moi, la découverte, d’ ‘’Une histoire vieille comme la pluie’’, un roman qui nous permet de prendre la mesure d’une Thaïlande encore peu peuplée, celle des villages thaïs, avec la présence superbe et oppressante de la forêt.

 

และสุดท้าย ผมได้ค้นพบเรื่องแปลจาก «เงาสีขาว» ซึ่งนักวิจารณ์ในยุโรป ต่างยกย่องว่าเป็นผลงานชิ้นเอกและทรงพลัง ที่ทำให้คุณคุณเสน่ห ข์สุข เป็นหนึ่งในนักเขียนนวนิยายร่วมสมัยคนสำคัญ

 

Et enfin, ‘’L’ombre Blanche’’, reconnu par les critiques européens comme un chef d’œuvre, une œuvre majeure et forte qui fait incontestablement de vous, M. Saneh Sangsuk, un des grands écrivains contemporains.

 

M. Saneh Sangsuk, en hommage à votre œuvre, je suis heureux de vous faire Chevalier de l’Ordre des Arts et Lettres.


L’écrivain Saneh Sangsuk décoré (7/11/2008)

voir aussi  Celebrites

Repost 0
16 novembre 2008 7 16 /11 /novembre /2008 13:38

Les illuminations




Les illuminations

Chaque année, les illuminations ?

Les illuminations, c'est le 8 décembre au soir, cette fête religieuse est un remerciement à la vierge Marie pour avoir sauvé Lyon de la peste.

HISTOIRE: Le 8 décembre 1852, ils ont prévu d'inaugurer une imposante statue de la Vierge Marie, érigée sur la colline de Fourvière qui domine la ville. Or, en ce soir du 8 décembre, alors que la Fête se prépare et que les notables prévoient d'illuminer les façades de leurs maisons comme cela se fait pour les grands événements, un violent orage s'abat sur la ville. Pour fêter la fin de la pluie, la population illumine spontanément ses fenêtres et descend dans les rues, au fils des années les lyonnais ont placé des lampions (petite bougie dans un verre décoré) à leur fenêtre et les commerçants ont mis leur vitrine en beauté afin de lancer la période des fêtes de fin d'année.

Les rues de Lyon avec un financement conjoint entre les commerçants et la municipalité sont décorées grâce des guirlandes placées en travers des rues. Chaque rue dispose d'un type de guirlande particulier et cela donne des perspectives sensationnelles. Le 8 décembre au soir, qu'il pleuve qu'il vente avec la Bise, tout Lyon descend dans la rue dans la zone presqu'île et les quais, c'est une fête très populaire avec de nombreuses manifestations improvisées par tous.

Les illuminations

La fête des lumières

La ville de Lyon, a élargie depuis quelques années les illuminations avec un concours international d'habillage de bâtiment en habit de lumières...

Cela a commencé par la mise en valeur des beaux bâtiments de Lyon en particulier vue des quais. Chaque année, les lyonnais ont découvert de nouveaux bâtiments dotés d'un éclairage permanent "A la lyonnaise", au fils des années cela est devenu un véritable savoir faire et de nombreux Étrangers viennent voir cette mise en valeur. Depuis l'an 2000, la fête des lumières devient un événement international pour le plus belle éclairage, la surenchère est permanente et durant les trois jours encadrant le 8 décembre les bâtiments de la presqu'île sont pourvus d'éclairages animés et multicolores. Ces décors sont époustouflants de beauté..., place des terreaux la mairie est mise en lumière et en musique...


Les illuminations

voir aussi  Festival du Film scientifique de Bangkok


Repost 0
16 novembre 2008 7 16 /11 /novembre /2008 11:41

Culture de la Thaïlande













Culture de la Thaïlande




Culture de la Thaïlande

La culture de la Thaïlande est profondément imprégnée par le bouddhisme theravâda, religion officielle et pratiquée par presque toute la population (4 % de musulmans et moins de 1 % de chrétiens). Une grande part des arts — peinture, sculpture, architecture, danse et musique — subit cette influence et est au service des représentations traditionnelles du bouddhisme et de ses dérivés. Conformément aux enseignements de Bouddha, les moines pratiquent l'ascétisme. Tous les matins, ils vont chercher leur nourriture auprès des habitants et des commerçants vers 6 h du matin (même dans la capitale mégapole, Bangkok - Krung Thep en thaï).

On observe aussi une grande pérennité des croyances animistes. Elles se manifestent dans la croyance aux amulettes magiques et dans le culte domestique rendu aux "esprits du lieu" (chao thi), auxquels sont consacrées les maisons des esprits, petits édicules présents devant les habitations ou magasins (quand cela est possible) et que les Thaïs remercient ou prient tous les jours s'ils le peuvent par des offrandes (des colliers de fleurs et de la nourriture).

En Thaïlande, on parle "des cultures" plutôt que de "la culture", à savoir: culture bouddhique, culture profane traditionnelle et culture musulmane. Les musulmans vivent dans le sud du pays, sur la péninsule, près de la frontière avec la Malaisie, dans les trois provinces de Pattani, Yala et Narathiwat.

A l'origine, les Thaïs sont venus de Chine(source ?). Toutefois, la langue thaïe n'a pas de parenté avec le chinois. Elle appartient au groupe tai de la branche dite kam-tai de la famille des langues tai-kadai.



Culture de la Thaïlande

La culture bouddhique et traditionnelle englobe la Thaïlande entière, et comprend en gros deux types de cultures : la culture laotienne dans les provinces du Nord-est, et du Nord, appelé jadis "Lanna-Lao", puis "Lanna-Thai"), et la culture thaïlandaise proprement dite (dite siamoise). Mais les lao et les siamois sont de même famille. Lorsque le pouvoir s'installe à Bangkok en 1782, après la destruction d'Ayuthaya par les Birmans en 1767, les dirigeants siamois font appel aux artistes et artisans lao pour construire la ville elle-même. La pagode du Bouddha d'Emeraude "Wat Prakao" (à prononcer 'ouat prakéo') à Bangkok fut érigée par eux, emmenés de force par les siamois, après la mise à sac de Vientiane (capitale du Royaume Lao de Vientiane Lanxang) vers 1778 par l'armée siamoise.



Culture de la Thaïlande

Le Nord-Est, région que l'on appelle Isan, est habité par des populations proches des Lao, que l'on appelle "Thai Isan". Ils ont une culture distincte (très fortement influencée maintenant par la télévision thaïlandaise), car ce territoire faisait partie intégrante du royaume lao de Lanxang, avant l'arrivée des français en 1893. Annexé définitivement par le Siam dans les années 1900, après le Traité franco-siamois du 3 octobre 1893, ce territoire prit le nom d'Isane ("Nord-est") vers 1907-1910. Depuis lors, les lao du Nord-Est ou les "lao isane" perdent leur identité ethnique, actuellement sous le nom "thai isane" (la nourriture issan est très spécifique à la région et désormais recherchée et reconnue dans toute la Thaïlande), parlant toujours lao et ont du mal à sauvegarder leur culture. Dans les années 1930, les lao du Nord-Est étaient opprimés par le pouvoir en place (sous P. Pribun-Sangkhrama) : ils n'avaient pas le droit de parler lao, de chiquer du bétel, de porter des jupes lao pour les femmes, etc. Le Royaume Lao de Lan-xang fut dominé par le Siam avant l'arrivée des Français.



Culture de la Thaïlande




Culture de la Thaïlande


voir aussi CATEGORIES FRANCOTHAI

et   Actualites
Repost 0

Présentation

  • : franco-thai
  • franco-thai
  • : apporter informations, cultures, loisirs, outils de communication, etc. Un pont entre la France et la Thaïlande
  • Contact

Partage / Share

Recherche

Archives