Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 05:59
Thaïlande - la crise politique continue mais le trafic aérien est fluide...







Thaïlande - la crise politique continue mais le trafic aérien est fluide...

BANGKOK - Le trafic aérien a été totalement rétabli vendredi à l'aéroport international de Bangkok, soulageant des milliers de touristes jusqu'ici bloqués, mais de lourdes incertitudes politiques demeurent en Thaïlande, au lendemain de la brusque annulation d'un discours du roi.

Le souverain très respecté Bhumibol Adulyadej a fêté ses 81 ans vendredi mais il est officiellement "souffrant".

Alors que la nuit tombait à Bangkok, 50.000 personnes, selon la police, se sont rassemblées comme chaque année sur une place du centre pour souhaiter "Longue Vie au Roi", alors que le ciel s'emplissait de feux d'artifice.

De nombreux dignitaires en grand uniforme étaient présents, dont le premier ministre par intérim Chavarat Charnvirakul.

La veille, pour la première fois en 62 ans de règne, Bhumibol ne s'était pas exprimé lors d'une adresse annuelle prévue à la nation, ce qui a alimenté des inquiétudes sur sa santé.

Le trafic aérien est revenu totalement à la normale à l'aéroport international de Bangkok. "Environ 550 vols étaient programmés (vendredi) à Suvarnabhumi", a déclaré une porte-parole des Aéroports de Thaïlande (AOT).

De longues files de passagers se sont étirées dans l'immense terminal de l'aéroport, occupé entre le 25 novembre et le 3 décembre par des manifestants antigouvernementaux.

Une brève cérémonie s'est tenue dans la matinée pour marquer la réouverture officielle du terminal après huit jours d'un chaos qui a piégé en Thaïlande 350.000 voyageurs, dont de nombreux touristes étrangers.

"Le respect des normes de sécurité est assuré à 100%", a déclaré à l'AFP le directeur général de l'aviation civile, Chaisak Angkasuwan. "Toutes les compagnies ont fait savoir qu'elles maintenaient leurs vols à Suvarnabhumi".

Le terminal n'a pas subi de déprédations, contrairement au siège du gouvernement à Bangkok que les protestataires ont aussi occupé pendant plus de trois mois et qui a été totalement mis à sac, selon des images diffusées de la télévision thaïlandaise.

Avant la reprise partielle du trafic aérien, mercredi, à Suvarnabhumi, les voyageurs étaient contraints de quitter le "Pays du Sourire" depuis une poignée d'aéroports secondaires, loin de la capitale.

Le retour complet à la normale à Suvarnabhumi, qui peut gérer 700 vols et 100.000 passagers par jour, a coïncidé avec l'anniversaire de Bhumibol.

L'annulation jeudi de son adresse a alimenté des spéculations sur le degré de gravité de son indisposition, interprétée par certains analystes comme un silence délibéré, alors que d'autres l'ont trouvé effectivement très fatigué lors d'un défilé militaire mardi.

C'est en son nom que les manifestants de "l'Alliance du peuple pour la démocratie" (PAD) avaient lancé leur mouvement en mai contre le gouvernement "corrompu" des lieutenants de l'ex-Premier ministre Thaksin Shinawatra, renversé par l'armée et qui vit en exil.

Les opposants ont mis fin mercredi à leur occupation des aéroports de Bangkok après un ordre de dissolution du parti au pouvoir émanant de la Cour constitutionnelle qui a également exclu de la vie publique le Premier ministre Somchai Wongsawat, beau-frère de M. Thaksin, officiellement pour fraude électorale.

L'action "coup de poing" de la PAD a cependant entaché l'image de la Thaïlande et porté un rude coup au tourisme, l'un des piliers de son économie.

Sur le plan politique, les manifestants semblent avoir remporté une bataille mais pas la guerre d'usure

qui se poursuit depuis plus de deux ans, alors que les lieutenants de M. Thaksin et leurs alliés cherchent à se regrouper dans un nouveau parti pour essayer de dégager une nouvelle majorité parlementaire.

La PAD a prévenu qu'elle s'opposerait à la nomination d'un proche de M. Thaksin comme Premier ministre.

Des discussions sont en cours entre députés et une session parlementaire, initialement prévue lundi et mardi, a été reportée indéfiniment pour permettre à ces négociations en coulisse d'aboutir, indique-t-on dans les milieux politiques...


Thaïlande - la crise politique continue mais le trafic aérien est fluide...

voir aussi  Film thailandais
Repost 0
Published by cedric - dans Actualites
commenter cet article
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 06:20

ใช้หลักสากลลงดาบ ‘เหวง’ ฟ้อง UN ฟัน ‘พันธมิตร’ ยึดสนามบินเป็น ‘ก่อการร้ายสากล’



ใช้หลักสากลลงดาบ ‘เหวง’ ฟ้อง UN ฟัน ‘พันธมิตร’ ยึดสนามบินเป็น ‘ก่อการร้ายสากล’



ใช้หลักสากลลงดาบ ‘เหวง’ ฟ้อง UN ฟัน ‘พันธมิตร’ ยึดสนามบินเป็น ‘ก่อการร้ายสากล’

นายแพทย์เหวง โตจิราการ รับมอบอำนาจองค์กรประชาชนรวม 7 องค์กร ออกจดหมายถึง บัน คี มุน เลขาธิการสหประชาชาติ ผ่านข้าหลวงใหญ่ฯประจำประเทศไทย เพื่อขอให้สหประชาชาติพิจารณาโทษผู้ก่อการร้ายสากลที่ยึดสนามบินนานาชาติประจำประเทศไทย

 

โดยระบุว่า การที่กลุ่มพันธมิตรประชาชนเพื่อประชาธิปไตยได้บุกเข้ายึดสนามบินสุวรรณภูมิ อันเป็นสนามบินนานาชาติ ตั้งแต่วันที่ 25 พฤศจิกายน พ.ศ. 2551 รวมทั้งบุกเข้าไปในหอบังคับการบินแห่งสนามบินนานาชาตินี้ ทำให้การจราจรทางอากาศทั้งหมด รวมทั้งสายการบินนานาชาติต้องยุติลง และทำให้ประชาชนจากประเทศต่างๆต้องตกค้างอยู่ในประเทศไทยเป็นจำนวนหลายแสนคน ตามกฎหมายระหว่างประเทศ  การกระทำเช่นนี้ถือว่า เป็นการก่อการร้ายสากลและองค์การสหประชาชาติมีสิทธิและหน้าที่ที่จะต้องดำเนินการ ถ้ารัฐบาลของประเทศนั้นๆไม่สามารถดำเนินการลงโทษผู้ก่อการร้ายเหล่านั้นได้

 

นอกจากนี้ ยังได้ร้องทุกข์กล่าวโทษกลุ่มพันธมิตรฯในกรณีเดียวกันต่อเจ้าหน้าที่กองปราบปราม ว่า กลุ่มพันธมิตรฯจำนวน 12 คน ประกอบด้วย 1.นายจำลอง ศรีเมือง 2.นายสนธิ ลิ้มทองกุล 3.นายสมศักดิ์ โกศัยสุข 4.นายสมเกียรติ พงษ์ไพบูลย์ 5.นายพิภพ ธงไชย 6.นายสุริยะใส กตะศิลา 7.นายปานเทพ พัวพงษ์พันธ์ 8.นายสำราญ รอดเพชร 9.นายศิริชัย ไม้งาม 10 นายสาวิทย์ แก้วหวาน 11.นายศรัณญู วงษ์กระจ่าง 12 นางมาลีรัตน์ แก้วก่าว่ามีการกระทำความผิดเข้าข่ายมาตรา135/1(2) ที่กล่าวไว้ว่า ผู้ใดกระทำการอันเป็นความผิดอาญาดังต่อไปนี้................................(2) กระทำการใดอันก่อให้เกิดความเสียหายอย่างร้ายแรงแก่ระบบการขนส่งสาธารณะ ระบบโทรคมนาคม หรือโครงสร้างพื้นฐานอันเป็นประโยชน์สาธารณะ..................................................ถ้าการกระทำนั้นได้กระทำโดยมีความมุ่งหมายเพื่อขู่เข็ญหรือบังคับรัฐบาลไทย.................ให้กระทำการหรือไม่กระทำการใดอันจะก่อให้เกิดความเสียหายอย่างร้ายแรง หรือสร้างความปั่นป่วนโดยให้เกิดความหวาดกลัวในหมู่ประชาชน ผู้นั้นกระทำความผิดฐานก่อการร้าย............

 

จึงร้องทุกข์ต่อเจ้าหน้าที่กองปราบปรามให้ พิจารณาดำเนินการกับบุคคลดังกล่าวให้เป็นไปตามประมวญกฎหมายอาญาดังกล่าวหรือกฏหมายอื่นที่เกี่ยวข้องสืบต่อไป

2 ธันวาคม 2551

เรื่อง      ขอให้พิจารณาโทษผู้ก่อการร้ายสากลที่ยึดสนามบินนานาชาติในประเทศไทย

เรียน      ฯพณฯเลขาธิการสหประชาชาติ ผ่านข้าหลวงใหญ่ฯประจำประเทศไทย

            เนื่องจากกลุ่มพันธมิตรประชาชนเพื่อประชาธิปไตยได้บุกเข้ายึดสนามบินสุวรรณภูมิ อันเป็นสนามบินนานาชาติที่ใหญ่ที่สุดในภาคพื้นอาเซียอาคเนย์ ตั้งแต่วันที่ 25 พฤศจิกายน พ.ศ. 2551 รวมทั้งบุกเข้าไปในหอบังคับการบินแห่งสนามบินนานาชาตินี้ด้วย

            ทำให้การจราจรทางอากาศทั้งหมด รวมทั้งสายการบินนานาชาติต้องยุติลง และทำให้ประชาชนจากประเทศต่างๆต้องตกค้างอยู่ในประเทศไทยเป็นจำนวนหลายแสนคน

            ซึ่งตามกฎหมายระหว่างประเทศ  การกระทำเช่นนี้ถือว่า เป็นการก่อการร้ายสากลและองค์การสหประชาชาติมีสิทธิและหน้าที่ที่จะต้องดำเนินการ ถ้ารัฐบาลของประเทศนั้นๆไม่สามารถดำเนินการลงโทษผู้ก่อการร้ายเหล่านั้นได้

            สมาพันธ์ประชาธิปไตยและองค์กรประชาชนไทยต่างๆตามรายนามข้างท้ายนี้ จึงขอกราบเรียน ฯพณฯเพื่อโปรดพิจารณาดำเนินการเพื่อให้ผู้ก่อการร้ายเหล่านี้ได้รับโทษตามกฎบัตรสหประชาชาติ และตามกฎหมายระหว่างประเทศอย่างเคร่งครัดด้วย จักเป็นพระคุณยิ่ง

                                                                                   ขอแสดงความนับถืออย่างสูง

1...................................................................................................

(ศาสตราจารย์เกียรติคุณ นายแพทย์ สันต์ หัตถีรัตน์) ประธานมูลนิธิวีรชนประชาธิปไตย

2...................................................................................................

(นางประทีป อึ้งทรงธรรม ฮาตะ)ประธานสมาพันธ์ประชาธิปไตย

3....................................................................................................

(นายแพทย์เหวง โตจิราการ)ตัวแทนคณะกรรมการประชาชนเพื่อแก้ไขรัฐธรรมนูญ2550

4....................................................................................................

(นายประสิทธิ์ ค่ายกนกวงศ์).ตัวแทนสมาพันธ์พรรคการเมืองเพื่อประชาชนและประชาธิปไตย

5................................................................................................ 

(นางสุนันทา ธรรมธีระ)ตัวแทนกลุ่มสตรีเพื่อประชาธิปไตย

6...............................................................................................

(นายทรงชัย วิมลภัตรานนท์)ตัวแทนกลุ่ม24มิถุนาเพื่อประชาธิปไตย

7..............................................................................................

(นายเมธาพันธ์ โพธิธีรโรจน์)ตัวแทนองค์กรชาวพุทธแห่งประเทศไทย





ใช้หลักสากลลงดาบ ‘เหวง’ ฟ้อง UN ฟัน ‘พันธมิตร’ ยึดสนามบินเป็น ‘ก่อการร้ายสากล’

หนังสือแจ้งความร้องทุกข์กล่าวโทษและมอบอำนาจให้ดำเนินการตามประมวลกฎหมายอาญา135/1(2)

                                                                                                      2003/3 สี่แยกเกษตร พหลโยธิน ลาดยาว                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              

                                                                   จตุจักร กทม.10900 โทรศัพท์-สาร 02-5612051

                                                                                                      3 ธันวาคม 2551                                                

เรื่อง      ขอแจ้งความร้องทุกข์กล่าวโทษว่ามีการกระทำความผิดเข้าข่ายมาตรา135/1(2)

เรียน      เจ้าหน้าที่กองปราบปราม

            ด้วยกลุ่มพันธมิตรประชาชนเพื่อประชาธิปไตยจำนวน12คนอันประกอบด้วย 1.นายจำลอง ศรีเมือง 2.นายสนธิ ลิ้มทองกุล 3.นายสมศักดิ์ โกศัยสุข 4.นายสมเกียรติ พงษ์ไพบูลย์ 5.นายพิภพ ธงไชย 6.นายสุริยะใส กตะศิลา 7.นายปานเทพ พัวพงษ์พันธ์ 8.นายสำราญ รอดเพชร 9.นายศิริชัย ไม้งาม 10 นายสาวิทย์ แก้วหวาน 11.นายศรัณญู วงษ์กระจ่าง 12 นางมาลีรัตน์ แก้วก่า

            ได้นำคนจำนวนหลายพันคน เข้ายึดสนามบินดอนเมืองและสนามบินสุวรรณภูมิ ตั้งแต่ กลางคืนของวันอังคารที่ 25 พฤศจิกายน 2551 จนถึง วันที่ 3 ธันวาคม 2551 รวมทั้งได้เข้ายึดหอบังคับการบินด้วย เพื่อบีบบังคับรัฐบาลของฯพณฯนายกรัฐมนตรี นาย สมชาย วงศ์สวัสดิ์ในขณะนั้น ให้ลาออก สร้างความปั่นป่วนโดยให้เกิดความหวาดกลัวในหมู่ประชาชน  และสร้างความเสียหายอย่างมากมายให้แก่ประชาชนทั้งชาวไทยและต่างชาติที่โดยสารเข้าออกผ่านสนามบินดังกล่าว  รวมทั้งสร้างความเสียหายทั้งทางเศรษฐกิจการเมืองและเกียรติภูมิของประเทศไทยอันประเมินค่าไม่ได้

            การกระทำดังกล่าวมีความผิดอันเข้าข่าย(ประมวลกฎหมายอาญา)มาตรา 135/1 (2) ที่กล่าวไว้ว่า ผู้ใดกระทำการอันเป็นความผิดอาญาดังต่อไปนี้................................(2) กระทำการใดอันก่อให้เกิดความเสียหายอย่างร้ายแรงแก่ระบบการขนส่งสาธารณะ ระบบโทรคมนาคม หรือโครงสร้างพื้นฐานอันเป็นประโยชน์สาธารณะ..................................................ถ้าการกระทำนั้นได้กระทำโดยมีความมุ่งหมายเพื่อขู่เข็ญหรือบังคับรัฐบาลไทย.................ให้กระทำการหรือไม่กระทำการใดอันจะก่อให้เกิดความเสียหายอย่างร้ายแรง หรือสร้างความปั่นป่วนโดยให้เกิดความหวาดกลัวในหมู่ประชาชน ผู้นั้นกระทำความผิดฐานก่อการร้าย............

            ข้าพเจ้าดังรายนามต่อไปนี้จึงขอร้องทุกข์กล่าวโทษเพื่อให้ผู้บังคับการกองปราบปรามหรือเจ้าหน้าที่กองปราบปรามได้โปรดพิจารณาดำเนินการกับบุคคลดังกล่าวให้เป็นไปตามประมวญกฎหมายอาญาดังกล่าวหรือกฏหมายอื่นที่เกี่ยวข้องสืบต่อไป

1..............................................................................(ศาสตราจารย์เกียรติคุณนายแพทย์ สันต์ หัตถีรัตน์)

2..............................................................................(นางประทีป อึ้งทรงธรรม ฮาตะ)

3..............................................................................(นายแพทย์ เหวง โตจิราการ)

4..............................................................................(นายประสิทธิ์ ค่ายกนกวงศ์)

5..............................................................................(นายเมธาพันธ์ โพธิธีรโรจน์)

6..............................................................................(นายทรงชัย วิมล ภัตรานนท์)

7..............................................................................(นางสุนันทา ธรรมธีระ)

            ในการนี้ข้าพเจ้าทั้งเจ็ดขอมอบอำนาจให้นายแพทย์ เหวง โตจิราการได้ดำเนินการตามจุดประสงค์ดังกล่าวข้างต้นจนกว่าจะเสร็จสมบูรณ์ทุกประการ

ใช้หลักสากลลงดาบ ‘เหวง’ ฟ้อง UN ฟัน ‘พันธมิตร’ ยึดสนามบินเป็น ‘ก่อการร้ายสากล’

H. E. Mr. Ban Ki-moon,

Secretary General, United Nations,

c/o UN ESCAP,

The United Nations Building,
Rajadamnern Nok Avenue,
Bangkok 10200, Thailand

 

2 December 2008

 

Your Excellency,

 

 

The demonstration by a group of people who called themselves the People's Alliance for Democracy at Bangkok's Suvarnabhumi International Airport, which is the biggest airport in Southeast Asia, has been going on since 25 November 2008.  The demonstrators took over not only the terminal but also the control tower of the international airport. 

 

As a result, air traffic and flights of many airlines were severely disrupted. Hundreds of thousands of people from many countries were stranded in Thailand, causing tremendous difficulties to numerous people, Thais and non-Thais alike.

 

According to international law, this act is deemed “international terrorism” and the United Nations has the rights and responsibility to take action if the government of the country is unable to find a timely solution to the problem.

 

The Democracy Confederation of Thailand and other organizations listed below are urging the United Nations to please help to alleviate the crisis and bring these terrorists to justice according to the UN Charter and international law.

 

Yours Sincerely,

 

1…………………………………………………

(Dr. Sant Hathirat), President of Heroes of Democracy Foundation

 

2. …………………………………………………

(Ms. Prateep Ungsongtham Hata,), the Chairman of the Democracy Confederation

 

3. …………………………………………………

(Dr. Weng Tochirakarn),representative of People Committee for 2550’Constitution Amendment

 

4. …………………………………………………

(Mr. Prasit Kaikanokwong),representative of Confederation of Political Parties for Democracy and People

 

5. .…………………………………………………

(Ms. Sunanta Dhamteera), representative from Women Group for Democracy

 

6. .…………………………………………………

(Mr. Songchai Wimolpatranont), representative from 24th June for Democracy Group

 

7. .…………………………………………………

(Mr. Metaphan Boditeeraroj), representative from Buddhist Organisation of Thailand

ใช้หลักสากลลงดาบ ‘เหวง’ ฟ้อง UN ฟัน ‘พันธมิตร’ ยึดสนามบินเป็น ‘ก่อการร้ายสากล’...

voir aussi  Video de manifestation en Thailande

Repost 0
Published by cedric - dans Actualites
commenter cet article
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 17:56
Thaïlande - reprise du trafic aérien à Bangkok après la levée du blocus des manifestants




Thaïlande - reprise du trafic aérien à Bangkok... après la levée du blocus des manifestants

Thaïlande - reprise du trafic aérien à Bangkok... après la levée du blocus des manifestants

BANGKOK - Le trafic aérien a commencé à reprendre mercredi à Bangkok où des centaines d'opposants ont levé le blocus qu'ils maintenaient depuis huit jours sur les aéroports civils de la capitale thaïlandaise, au lendemain du départ forcé du Premier ministre Somchai Wongsawat...

Les protestataires ont quitté dans la matinée l'aéroport international Suvarnabhumi qui assurait 700 vols quotidiens avant la crise...

Le siège de l'aéroport Don Mueang (vols intérieurs) a également été levé...

Par ailleurs, un Boeing 747, affrété par le gouvernement français et transportant un peu plus de 500 personnes, dont une très grande majorité de Français, qui étaient bloquées en Thaïlande, a atterri mercredi peu avant 19H00 à l'aéroport de Roissy, a constaté un journaliste de l'AFP...

L'avion avait décollé de Bangkok à 11H46 (04H46 GMT) de l'aéroport militaire de Don Mueang...

Selon un diplomate qui a fait le voyage, les passagers étaient un peu plus de 500, "dont une très grande majorité de Français"...

Un premier vol commercial à destination de Sydney a décollé depuis Suvarnabhumi. L'appareil de la Thai Airways a décollé à 11H45 GMT avec 388 passagers à bord, des Australiens pour la plupart, qui avaient été piégés par le blocus aérien, selon des responsables aéroportuaires...

Cinq autres vols devaient décoller entre mercredi soir et jeudi matin à destination de New Delhi, Narita, Francfort, Séoul et Copenhague, selon la Thai Airways...

Par ailleurs, un Boeing 747, affrété par le gouvernement français et transportant plus de 500 personnes bloquées en Thaïlande, a quitté mercredi à 04H46 GMT un aéroport militaire près de Bangkok pour retourner à Paris, selon l'ambassadeur de France, Laurent Bili...

Les opposants de "l'Alliance du peuple pour la démocratie" (PAD) avaient annoncé mardi la fin de leurs actions, après un verdict fracassant de la Cour constitutionnelle ordonnant la dissolution du parti au pouvoir et l'exclusion de M. Somchai de la scène politique...

"Nous reviendrons lorsque la nation aura besoin de nous", a prévenu un animateur de la PAD, Somkiat Pongpaibul, avant de quitter mercredi Suvarnabhumi...

La plupart des étrangers en souffrance avaient tenté jusqu'à mardi de quitter la Thaïlande depuis les aéroports secondaires de Phuket (sud), Chiang Mai (nord) et la base navale d'U-Tapao (190 kilomètres au sud-est de Bangkok)...

"J'étais en colère. J'ai raté mon vol pour Sydney hier (mardi) et je suis contente que tout cela soit terminé", s'est félicitée une touriste italienne, Susanna Cary...

La paralysie du trafic aérien à Bangkok avait piégé en Thaïlande quelque 350.000 personnes, dont de nombreux touristes étrangers, selon le ministère du Tourisme...

Les conséquences sont d'ores et déjà désastreuses en terme d'image pour la Thaïlande qui a fait du tourisme un pilier de son économie...

Les pertes se chiffrent en milliards de dollars. La Thai Airways a estimé mercredi les siennes à 560 millions.

"Il est clair que le coût économique pour la Thaïlande, avec la quatrième plateforme aérienne d'Asie-Pacifique prise en otage pendant plus d'une semaine, est totalement déraisonnable. Il ne faudrait pas qu'une telle erreur soit répétée", a averti l'ambassadeur de France...

L'interminable crise politique thaïlandaise, ponctuée de violences, a connu un coup de théâtre mardisoir lorsque les manifestants royalistes de la PAD ont annoncé la fin de leur blocus...

Il ont pris cette décision après que la Cour constitutionnelle a ordonné la dissolution du parti au pouvoir et exclu M. Somchai de la vie publique pendant cinq ans dans le cadre d'une affaire de fraude électorale...

Le blocus des aéroports a certes été levé, mais la crise politique semble loin d'être réglée alors que le camp gouvernemental, perdant cette semaine, pourrait être en mesure de faire élire un successeur à M. Somchai dès la semaine prochaine au Parlement...

Selon le Premier ministre par intérim Chavarat Charnvirakul, l'élection se tiendra certainement lundi ou mardi.

Le camp royaliste a déjà prévenu qu'il s'opposerait à la nomination d'un proche de M. Somchai et de son mentor, Thaksin Shinawatra, l'ex-Premier ministre thaïlandais actuellement en exil et condamné dans son pays pour corruption...

Renversé par l'armée en 2006, M. Thaksin, dont M. Somchai est le beau-frère, reste très populaire parmi les populations rurales du nord et du nord-est, alors qu'honni par l'aristocratie et une bonne partie de la classe moyenne de Bangkok et du sud...

Le très respecté roi Bhumibol Adulyadej, qui fêtera ses 81 ans vendredi, doit en principe s'adresser à la nation jeudi soir à l'occasion de cet anniversaire...


Thaïlande - reprise du trafic aérien à Bangkok après la levée du blocus des manifestants...

voir aussi  CINEMA

Repost 0
Published by cedric - dans Actualites
commenter cet article
3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 18:28

Bangkok, Thailande - Aeroports liberes, la crise persiste...





Bangkok, Thailande - Aeroports liberes, la crise persiste...

Le blocus des aéroports de Bangkok s'est achevé mercredi, mais la crise thaïlandaise est loin d'être réglée alors que le camp gouvernemental, qui a perdu un Premier ministre cette semaine, pourrait être en mesure de lui nommer un successeur la semaine prochaine au Parlement...

Les royalistes de "l'Alliance du peuple pour la démocratie" (PAD) ont remporté une bataille mardi quand la Cour constitutionnelle a ordonné la dissolution du parti au pouvoir et l'éviction du Premier ministre Somchai Wongsawat. Toutefois, ils n'ont pas gagné la guerre d'usure qui sévit depuis trois ans entre les deux camps, estiment des analystes...

En annonçant l'arrêt des manifestations, le fondateur de la PAD, Sondhi Limthongkul, ne s'y est pas trompé. Il a clairement menacé de reprendre sa croisade si les alliés de M. Somchai et de son mentor, Thaksin Shinawatra, ancien homme fort de la Thaïlande, revenaient aux affaires...

M. Thaksin, renversé en 2006 par l'armée et réfugié à l'étranger, est toujours adulé dans les campagnes et parmi les couches défavorisées de la population, notamment dans le nord de la Thaïlande, alors qu'il est honni par l'aristocratie et une partie de la classe moyenne de Bangkok et du sud...

Un nouveau Premier ministre sera élu lors d'une session parlementaire prévue lundi et mardi prochains, et les partisans de M. Thaksin avaient déjà pris les devants en créant l'année dernière un nouveau parti, le Pheu Thai ("Pour les Thaïlandais"), une coquille vide qui s'est brusquement remplie cette semaine...

L'arithmétique est têtue et, selon des décomptes réalisés par des journalistes, le camp pro-Thaksin pourrait disposer la semaine prochaine du soutien de 283 députés en incluant des formations restées alliées, alors que la majorité est de 224 sièges et que l'opposition n'en compte que 165...

M. Thaksin et 110 de ses lieutenants avaient déjà été exclus de la vie publique en mai 2007 par un tribunal mis en place par une junte militaire. Mardi, 37 autres cadres du parti pro-Thaksin ont été évincés de la scène politique pendant cinq ans, le parti gouvernemental ayant été reconnu coupable de fraude électorale lors des législatives de décembre 2007...

Le verdict de la Cour constitutionnelle -- qualifié de "coup d'Etat judiciaire" par certains -- a "décimé une génération entière d'hommes politiques thaïlandais", note l'analyste Thitinan Pongsudhirak...
Mais une déclaration d'un leader sanctionné, Banharn Silpa-Archa, chef d'un parti allié à M. Thaksin, a donné la mesure de la détermination des protagonistes dans cette crise interminable...
"Si un mari est banni (de la scène politique), son épouse ou sa descendance le remplaceront", a-t-il dit, alors que le clientélisme prévaut dans les circonscriptions électorales...

Chris Baker, auteur de plusieurs ouvrages sur la Thaïlande, avertit que les désordres pourraient reprendre si les royalistes de la PAD désapprouvent le choix du nouveau Premier ministre...

"Il sera certainement confronté aux mêmes problèmes très rapidement", assure-t-il en prédisant une intervention cette fois de l'armée qui avait brillé par son absence lorsque la police avait cherché à impressionner les manifestants retranchés dans les aéroports...
Michael Nelson, professeur à l'université Chulalongkorn de Bangkok, met en garde contre toute conclusion hâtive au lendemain de la chute de M. Somchai...

"Ce n'est pas du tout une victoire (pour la PAD)", explique-t-il, ajoutant: "Il n'y a pas de vainqueurs et de vaincus évidents. (Le parti au pouvoir) a peut-être été dissous mais (les fidèles de M. Thaksin) sont encore en mesure de former un nouveau gouvernement"...



Bangkok, Thailande - Aeroports liberes, la crise persiste...

Les vols de passagers ne reprendront probablement pas avant le 15 décembre dans les aéroports internationaux de Bangkok, a indiqué mardi le journal thaïlandais The Nation sur son site internet, sur base d'informations communiquées par les autorités aéroportuaires. Et ce malgré l'accord passé avec les manifestants en vue de rétablir le trafic aérien dans les 24 heures. Les avions de fret pourront néanmoins décoller et atterrir avant mi-décembre...

Des milliers d'opposants au gouvernement campent depuis la semaine dernière dans les aéroports internationaux de Bangkok. Et les autorités doivent à présent vérifier si les installations techniques sont toutes opérationnelles et si le système informatique et les comptoirs d'enregistrement n'ont pas été endommagés. La raison de cet ajournement du trafic aérien semble donc essentiellement technique...

Selon les estimations du gouvernement, 350.000 touristes sont coincés en Thaïlande. Leur nombre augmente chaque jour, de plus en plus de personnes ayant terminé leur séjour dans le pays et désirant rentrer chez elles...



Bangkok, Thailande - Aeroports liberes, la crise persiste...

voir aussi  IMAGE DU JOUR

Repost 0
Published by cedric - dans Actualites
commenter cet article
1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 19:32

 Thaïlande - 1600 Français en attente d'un départ

 

 

 

 

 

Des manifestants thaïlandais antigouvernementaux à l'aéroport de Bangkok le 1er décembre 2008

 

Thaïlande - 1600 Français en attente d'un départ...

 

BANGKOK (AFP) — Plus de 1.600 Français sont en attente d'un départ depuis la Thaïlande en raison de l'occupation des aéroports civils de Bangkok par des opposants, mais "il n'y a pas de risques pour leur sécurité pour le moment", a déclaré lundi l'ambassadeur de France Laurent Bili.

"Nous avons toujours un peu de difficultés à avoir une évaluation globale, mais nous avons enregistré plus de 1.600 personnes qui ont pris contact avec l'ambassade et qui sont en attente d'un départ dans les prochains jours", a dit M. Bili à l'AFP.

"Il y a bien sûr des situations personnelles fortes, mais nous n'avons pas d'inquiétudes pour la sécurité des Français et il n'y a pas de risques pour leur sécurité pour le moment", a-t-il ajouté.

L'ambassade de France à Bangkok, qui a mis en place une cellule de crise, reste toutefois prudente sur le nombre exact de Français encore bloqués en Thaïlande.

"Le problème est qu'il y a 30 compagnies aériennes et que, dans certains cas, elles n'ont pas noté les nationalités et certaines d'entre elles sont aux abonnés absents", a précisé M. Bili, ajoutant: "Nous essayons de vérifier de manière plus fine avec les services d'immigration thaïlandais combien de Français sont rentrés".

Interrogé sur le point de savoir ce que les Français devaient faire s'ils cherchaient à partir à tout prix et rapidement, alors que des départs sont organisés depuis d'autres villes de Thaïlande, l'ambassadeur a répondu: "le premier conseil que je leur donne est d'être en contact avec leurs compagnies (aériennes)".

"Il ne faut surtout pas aller à Chiang Mai (nord) ou à Phuket (sud) sans vérifier. Le conseil de base, c'est d'abord de sécuriser son vol avec sa compagnie aérienne et, ensuite, de se rendre sur un lieu d'embarquement dans les villes de province".

Une base militaire, celle d'U-Tapao, au sud-est de Bangkok, est exploitée par certaines compagnies pour des opérations d'évacuation, mais "Air France a préféré le site de Phuket qui est plus aux normes internationales", a précisé l'ambassadeur.

Il a rappelé que la situation aérienne n'était pas totalement bloquée: "Il y a déjà quand même beaucoup de flux".

"Nous avons des vols réguliers qui sont déjà partis, avec un vol d'Air France qui a évacué 380 personnes et un vol de la Thai Airways samedi, qui a évacué 150 personnes. Nous avons un autre vol d'Air France ce soir de Phuket qui va permettre de faire partir le même nombre de ressortissants et la même chose demain. Il y a aussi des ressortissants qui ont pu partir depuis U-Tapao et Chiang Mai sur d'autres compagnies".

Le gouvernement français a décidé d'affréter un avion gros porteur pour aider ses ressortissants, en complément des efforts des compagnies aériennes.

"Ce vol pourrait permettre d'emporter plus de 500 passagers", a indiqué M. Bili en précisant que "différentes options" étaient à l'étude pour le choix de l'aéroport thaïlandais qui "doit offrir toutes les garanties de sécurité", a dit M. Bili.

 

 

 

 

Thaïlande - 1600 Français en attente d'un départ...

 

voir aussi  Actualites  et  THAILANDE

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by cedric - dans Actualites
commenter cet article
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 15:42

Bangkok voit rouge... Bangkok, Thailande - Manifestants pro-gouvernementaux vetus de rouge

 

 

La Thailande en couleur... Bangkok, Thailande - Manifestants pro-gouvernementaux vetus de rouge

 

 

Plusieurs milliers de partisans du gouvernement se sont rassemblés ce dimanche pour prévenir un éventuel coup d'Etat en Thaïlande.

"Non au putsch". Environ 4 000 manifestants pro-gouvernementaux, vêtus de rouge, se sont réunis dans le centre de Bangkok pour exprimer leur soutien au chef du gouvernement, replié à Chiang Mai, dans le nord du pays.

« Nous nous sommes rassemblés ici aujourd'hui pour protéger le système démocratique et pour dire "nous ne voulons pas de coup d'Etat"», a déclaré un leader pro-gouvernemental, Jatuporn Prompan.

Le "camp des rouges" s'oppose à "l'Alliance du peuple pour la démocratie" (PAD). Vêtus de jaunes, les militants ultra-royalistes du PAD ont juré d'obtenir la démission du Premier ministre.

Les manifestants sommés de quitter les aéroports de Bangkok

Brandissant la menace de poursuites judiciaires, la police thaïlandaise a ordonné ce dimanche la dispersion immédiate des manifestants hostiles au gouvernement qui bloquent les aéroports de Bangkok.

Plusieurs sommations similaires ont été ignorées par les manifestants qui posent la démission du Premier ministre Somchai Wongsawat comme préalable à toute évacuation des lieux.

Un adjoint au chef de la police nationale a assuré que des tractations étaient en cours pour sortir de l'impasse.

Deux explosions cette nuit

La Thaïlande s'enfonce depuis des mois dans une grave crise politique qui a pris une tournure violente. Une cinquantaine de personnes ont été blessées cette nuit par deux explosions.

Une attaque à la grenade aux abords du siège du gouvernement, visant les royalistes de l'Alliance du peuple pour la démocratie (PAD) qui l'occupent, a fait 49 à 51 blessés, dont quatre graves, selon différentes sources.

Par ailleurs, deux passants ont été blessés par un engin explosif à l'extérieur de l'aéroport Don Mueang (vols intérieurs), occupé depuis jeudi par les manifestants du PAD.

 

 

Bangkok, Thailande - Manifestants pro-gouvernementaux vetus de rouge

 

 voir aussi   ACTUALITE EN IMAGES

 

 

 

Repost 0
Published by cedric - dans Actualites
commenter cet article
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 06:33

 Thaïlande - la police monte d'un ton...

 

Thaïlande - la police monte d'un ton...

La police de Bangkok a sommé vendredi des manifestants de quitter un aéroport où ils sont retranchés, alors qu'un de leurs dirigeants a rejeté toute possibilité de compromis.

"Les manifestants et leurs leaders doivent" évacuer l'aéroport Don Mueang, "faute de quoi les forces de l'ordre prendront" toutes les "mesures nécessaires", a affirmé le chef de la police métropolitaine de Bangkok, le commandant Suchart Mueankaeo, dans un premier avertissement officiel.

Chef de la police limogé

Cette fermeté affichée tranche avec le discours des autorités qui ont répété à l'envi qu'elles privilégiaient le dialogue. Le Premier ministre Somchai Wongsawat a encore réaffirmé vendredi que tout serait fait pour éviter une confrontation.

Mais, dans le même temps, Somchai Wonsawat a limogé le chef de la police nationale, le général Patcharawat Wongsuwan, qui avait refusé à plusieurs reprises de lancer l'assaut contre les manifestants.

Le commandant adjoint de la police régionale, Piya Sorntrakoon, avait affirmé plus tôt que les manifestants avaient accepté des pourparlers, ce que le leader royaliste de "l'Alliance du Peuple pour la Démocratie" (PAD) a fermement démenti.

"Le Premier ministre m'a contacté aujourd'hui pour négocier. Il n'y aura pas de négociations. S'ils veulent intervenir, qu'ils n'hésitent pas", a lancé l'opposant Sondhi Limthongkul qui dit aussi avoir conseillé à Somchai Wongsawat de "s'exiler en Birmanie dans les 48 heures".

Affrontement pressenti

Vendredi après-midi, des dizaines de policiers anti-émeutes, armés de matraques et de boucliers, se sont regroupés aux abords de l'aéroport Suvarnabhumi. Ils ont établi un périmètre de sécurité mais n'ont engagé aucune action contre les partisans du (PAD), qui encerclent toujours le principal terminal de l'aéroport.

De leur côté, les opposants se préparaient à un assaut des forces de l'ordre et se disaient prêts à mourir plutôt que de quitter les lieux. "Nous n'avons pas peur de la police car nous aimons notre pays et nous aimons notre roi. Nous n'avons pas peur de mourir", a déclaré Toy, un manifestant âgé de 53 ans.

Le Premier ministre a déclaré l'état d'urgence jeudi dans la zone des deux aéroports, alors que l'hypothèse d'un coup d'Etat se fait insistante. Dans une allocution à la nation, le chef du gouvernement a déclaré que la police et certaines unités de l'armée s'efforceraient de mettre fin au blocage des aéroports qui, a-t-il dit, nuit gravement à l'économie du pays.

Le Premier ministre reste au nord

Par ailleurs, il a décidé de rester "indéfiniment" à Chiang Mai (nord) en raison de "tensions" avec l'armée et "pour sa propre sécurité", selon un porte-parole gouvernemental.

L'Alliance du peuple pour la démocratie (PAD), qui organise depuis six mois une vaste campagne anti-gouvernementale, a refusé de céder et promet une épreuve de force. Des "gardes de sécurité" de la PAD, armés de bâtons et de barres de fer, étaient postés sur des barricades interdisant l'entrée de l'aéroport international Suvarnabhumi, où près de 15 millions de personnes transitent chaque année.

 

 

Thaïlande - la police monte d'un ton...

 

voir aussi   THAILANDE

Repost 0
Published by cedric - dans Actualites
commenter cet article
29 novembre 2008 6 29 /11 /novembre /2008 20:43

Thaïlande - manifestants obligés de quitter un aéroport ,  pourparlers rejetés

 

 

 

 

Thaïlande - manifestants obligés de quitter un aéroport ,  pourparlers rejetés

BANGKOK (AFP) — La police de Bangkok a sommé vendredi des manifestants de quitter un aéroport où ils sont retranchés, alors qu'un de leurs dirigeants a rejeté toute possibilité de compromis.

"Les manifestants et leurs leaders doivent" évacuer l'aéroport Don Mueang, "faute de quoi les forces de l'ordre prendront" toutes les "mesures nécessaires", a affirmé le chef de la police métropolitaine de Bangkok, le commandant Suchart Mueankaeo, dans un premier avertissement officiel.

Cette fermeté affichée tranche avec le discours des autorités qui ont répété à l'envi qu'elles privilégiaient le dialogue.

Le Premier ministre Somchai Wongsawat a encore réaffirmé vendredi que tout serait fait pour éviter une confrontation.

"Le gouvernement ne veut causer ni violence ni victimes", a-t-il dit depuis la ville de Chiang Mai (Nord) où il a décidé de rester jusqu'à nouvel ordre en raison de "tensions" avec l'armée.

Le commandant adjoint de la police régionale, Piya Sorntrakoon, avait affirmé plus tôt que les manifestants avaient accepté des pourparlers, ce que le leader royaliste de "l'Alliance du peuple pour la démocratie" (PAD) a fermement démenti.

"Le Premier ministre m'a contacté aujourd'hui pour négocier. Il n'y aura pas de négociations. S'ils veulent intervenir, qu'ils n'hésitent pas", a lancé l'opposant Sondhi Limthongkul qui dit aussi avoir conseillé à M. Somchai de "s'exiler en Birmanie dans les 48 heures".

Un peu plus tôt, le chef du gouvernement a limogé l'un des plus hauts responsables des forces de sécurité. "Le Premier ministre a ordonné le transfert du chef de la police nationale, le général Patcharawat Wongsuwan", a annoncé un communiqué officiel sans en donner la raison.

Cependant, le porte-parole du gouvernement, Nattawut Saikuar, a affirmé à une télévision locale que le chef du gouvernement avait pris cette décision "au regard de la façon dont il (Patcharawat Wongsuwan) a géré la situation".

Les autorités cherchent désespérément une porte de sortie à cette crise qui paralyse le pays et engendre de gigantesques pertes financières en ce début de saison touristique.

M. Somchai avait proclamé jeudi l'état d'urgence autour des aéroports occupés de Suvarnabhumi (vols internationaux) et Don Mueang (vols intérieurs). Cette mesure d'exception, géographiquement limitée, confère des pouvoirs étendus aux forces de sécurité pour y rétablir l'ordre.

Le 7 octobre, la police avait dispersé sans ménagement des milliers de manifestants pro-PAD qui avaient bloqué les accès au Parlement de Bangkok, faisant deux morts et près de 500 blessés.

Les manifestants ont juré de lutter "jusqu'à la mort" si la police tentait de les déloger des aéroports où des enfants sont présents.

Le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) a exprimé sa "profonde inquiétude" à leur sujet, exhortant les opposants à assurer leur sécurité.

Les Etats-Unis ont appelé vendredi à l'arrêt des manifestations bloquant les deux aéroports de Bangkok.

"Bien que nous respections le droit à la liberté d'expression, le fait de s'emparer d'un aéroport n'est pas un moyen correct de manifester", écrit dans un communiqué un porte-parole du département d'Etat, Gordon Duguid, qui appelle les manifestants à "s'éloigner pacifiquement des aéroports".

"Nous espérons que cette situation peut être résolue sans violence et dans le respect de la loi", écrit-il.

Alors que la situation politique restait grippée, des touristes piégés en Thaïlande ont commencé à quitter au compte-gouttes le "Pays des Sourires" depuis une base militaire.

Jeudi, les autorités de l'aviation civile avaient autorisé des compagnies aériennes à utiliser la piste de la base navale d'U-Tapao, à 190 kilomètres au sud-est de Bangkok, pour des opérations prioritaires.

"Aujourd'hui (vendredi), environ 40 vols vont arriver et partir d'U-Tapao", a expliqué un responsable de l'aviation thaïlandaise.

U-Tapao avait été utilisée par les Américains pendant la guerre du Vietnam.

M. Somchai est le beau-frère du dirigeant déchu Thaksin Shinawatra, renversé en 2006 par l'armée après avoir gouverné la Thaïlande pendant plus de cinq ans. Il vit aujourd'hui en exil, mais ses lieutenants sont revenus au pouvoir à la faveur d'élections législatives en décembre 2007.

Les opposants de la PAD disposent de puissants soutiens dans l'armée, parmi les juges et au palais royal. Fondée en février 2006, la PAD avait largement contribué, par des manifestations à Bangkok, à déstabiliser M. Thaksin avant son renversement.

M. Somchai a jusqu'à ce jour exclu toute démission.

 

 

Thaïlande - manifestants obligés de quitter un aéroport ,  pourparlers rejetés

 

voir aussi Thaïlande - état d'urgence depuis une vingtaine d'heures

 

Repost 0
Published by cedric - dans Actualites
commenter cet article
27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 19:40

Thaïlande - le Quai d'Orsay recommande de différer les départs

 

 

 

 

 

Thaïlande - le Quai d'Orsay recommande de différer les départs
 

 
› Le ministère des Affaires étrangères recommande aux voyageurs français actuellement en visite en Thaïlande d’éviter les lieux de manifestations. Il invite aussi ceux prévoyant de s'y rendre de différer leur voyage jusqu’à la réouverture de l’aéroport de Suvarnabhumi.

Le ministère de Affaires étrangères indique que le 26 novembre, "plusieurs bombes ont explosé devant les aéroports de Suvanarbhumi et Don Muang, causant des blessés parmi les manifestants". Il ajoute : "Dans ce contexte, même si les étrangers ne sont pas la cible des manifestations, nous recommandons aux Français vivant en Thaïlande d’éviter les lieux de manifestations et de reporter tout projet de voyage par voie aérienne. Il indique également que de nouvelles manifestations sont prévues cette semaine à Bangkok. Le centre de crise du Quai d'Orsay a de son côté ouvert une cellule de réponse téléphonique sur la situation (01 45 50 34 60). Pour sa part, le Ceto a assuré mercredi "que les touristes français bloqués en raison de la fermeture de l'aéroport "sont en sécurité" et "ont été pris en charge" par leurs voyagistes. "Les touristes français sont dans leurs hôtels et tenus constamment informés par leurs tour-opérateurs", a déclaré à l'AFP René-Marc Chikli, président du Ceto. 

 

Thaïlande - le Quai d'Orsay recommande de différer les départs

 

voir aussi  Thailande - Des manifestants assiegent l'aeroport de Bangkok

Repost 0
Published by cedric - dans Actualites
commenter cet article
27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 19:08

Thaïlande - état d'urgence depuis une vingtaine d'heures

 

 

Thaïlande - état d'urgence depuis une vingtaine d'heures

 

 

 

Le Premier ministre thaïlandais Somchai Wongsawat a décrété jeudi l'état d'urgence dans les deux aéroports de Bangkok bloqués par des opposants qu'il a accusés d'avoir "pris la nation en otage". Le chef du gouvernement a annoncé cette mesure d'exception à l'issue d'une réunion d'urgence pour tenter de sortir de la crise qui paralyse l'activité des autorités, pendant que des milliers de touristes sont toujours en rade dans Bangkok, mégalopole de 12 millions d'habitants désormais inaccessible par les airs. M. Somchai, qui se trouvait à Chiang Mai (nord), a demandé à l'armée de prêter main-forte à la police pour rétablir l'ordre sur les deux plateformes aéroportuaires de Bangkok, Don Mueang (vols intérieurs) et Suvarnabhumi (vols internationaux), fermées après avoir été prises d'assaut par des manifestants. Aucun avion commercial ne peut plus atteindre la capitale thaïlandaise, mais les autorités ont permis jeudi à des compagnies aériennes d'utiliser la base militaire d'U-Tapao (sud-est de Bangkok). Les pertes occasionnées par la fermeture de Suvarnabhumi ont été évaluées à près de trois milliards de dollars. Dans un discours retransmis à la télévision, M. Somchai a déclaré que les opposants avaient eu tort de "prendre toute la nation thaïlandaise en otage". "Le gouvernement n'a l'intention de blesser personne. Il s'agit juste de permettre le bon déroulement de travaux officiels et l'état d'urgence sera temporaire", a-t-il ajouté. Son porte-parole, Nattawut Saikaur, s'est quant à lui montré plus virulent, assimilant l'action des protestataires à un "acte terroriste". Les manifestants appartiennent à "l'Alliance du peuple pour la démocratie" (PAD), une coalition hétéroclite d'obédience royaliste dont l'objectif avoué est de renverser le gouvernement, qualifié de "corrompu". M. Somchai est le beau-frère de l'ex-Premier ministre Thaksin Shinawatra déposé en septembre 2006 par l'armée. Les lieutenants de M. Thaksin sont revenus au pouvoir à la faveur d'élections législatives, en décembre 2007, les premières depuis le coup d'Etat légitimiste. L'un des dirigeants des manifestants, le général de réserve Chamlong Srimuang, a très vite réagi aux déclarations de M. Somchai, appelant ses partisans à "ne pas paniquer". "Si la police vient disperser le rassemblement cette nuit, dispersez-vous et revenez demain matin", a déclaré Chamlong Srimuang dans le complexe abritant les bureaux du Premier ministre à Bangkok et qui est occupé par les opposants depuis le 26 août. Plus tôt dans la journée, le gouvernement avait appelé les militaires à rester dans leurs casernes, tandis que circulaient des rumeurs de coup d'Etat, démenties par un porte-parole militaire, le colonel Sunsern Kaewkumnerd. "L'armée a déplacé des chars pour des raisons stratégiques", mais "je peux confirmer qu'il n'y a pas de coup d'Etat et que l'armée n'a pas reçu l'ordre d'être en alerte", a-t-il assuré à l'AFP. Pour tenter de désamorcer la crise, le chef de la puissante armée, le général Anupong Paojinda, avait recommandé mercredi à M. Somchai de dissoudre le Parlement et de convoquer des élections anticipées. Mais M. Somchai avait refusé, invoquant la "légitimité" de son gouvernement élu "démocratiquement". La PAD avait elle aussi rejeté l'idée d'élections, exigeant une nouvelle fois la démission immédiate du Premier ministre "corrompu". Malgré la crise, les autorités thaïlandaises ont réaffirmé jeudi soir qu'elles accueilleraient bien, en décembre, le sommet annuel de l'Association des nations d'Asie du Sud-Est (Asean). Toutefois, le sommet est prévu à Chiang Mai, et non à Bangkok...

 

 

 

Thaïlande - état d'urgence depuis une vingtaine d'heures

 

voir aussi ACTUALITE EN IMAGES

Repost 0
Published by cedric - dans Actualites
commenter cet article

Présentation

  • : franco-thai
  • franco-thai
  • : apporter informations, cultures, loisirs, outils de communication, etc. Un pont entre la France et la Thaïlande
  • Contact

Partage / Share

Recherche

Archives