Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 19:49

Thaïlande - Abhisit appelle Thaksin à ne pas inciter à des troubles






Thaïlande - Abhisit appelle Thaksin à ne pas inciter à des troubles

26 décembre 2008...

BANGKOK - Le nouveau Premier ministre thaïlandais Abhisit Vejjajiva a appelé vendredi le dirigeant en exil Thaksin Shinawatra à mettre les intérêts du royaume au dessus de tout et à ne pas inciter à des troubles à 48 heures d'une manifestation de l'opposition.

"Je n'ai pas de problème s'il s'exprime" mais "je l'appelle à placer la position du pays avant la sienne", alors que "les intérêts" primordiaux de la Thaïlande sont aujourd'hui "la paix et la stabilité", a déclaré M. Abhisit, dans un entretien avec l'AFP.

Il a fait ces déclarations alors que les partisans de M. Thaksin, surnommés les "chemises rouges", ont prévu de se rassembler à partir de dimanche sur une place de Bangkok, à la veille d'une session parlementaire lundi et mardi, au cours de laquelle M. Abhisit "espère pouvoir présenter" la politique de son gouvernement.

"Je suis sûr que nous gérerons la situation de manière à ne pas ternir l'image du pays", a-t-il dit, alors que la police redoute des débordements et des incidents.

M. Abhisit, 44 ans, chef du Parti démocrate, est devenu Premier ministre le 15 décembre à la faveur d'un renversement d'alliance parlementaire consécutif à la dissolution par la justice du Parti du pouvoir du peuple (PPP) des lieutenants de M. Thaksin.

L'ordre de dissolution du parti au pouvoir, issu des élections législatives de décembre 2007, était intervenu alors que des manifestants, vêtus de jaune, en signe d'allégeance au roi, occupaient depuis plus d'une semaine les aéroports de Bangkok.

Le 7 octobre, l'ex-Premier ministre Somchai Wongsawat, beau-frère de M. Thaksin, avait prononcé son premier discours de politique générale devant les députés, mais son intervention avait été marquée par de violents incidents autour du Parlement où la police avait abondamment utilisé des gaz lacrymogènes contre des manifestants royalistes, faisant deux morts et près de 500 blessés.

"De toute évidence, il faudra voir combien de personnes (parmi les partisans de M. Thaksin) manifestent (à partir de dimanche). Des instructions seront données à la police et aux forces de sécurité pour éviter une répétition (des violences) du 7 octobre", a déclaré M. Abhisit.

Interrogé sur l'avenir de M. Thaksin, qui gouverna la Thaïlande de 2001 à 2006 avant d'être renversé par l'armée et de se réfugier à l'étranger après des accusations d'abus de pouvoir et de corruption, M. Abhisit a dit que l'ex-Premier ministre ne devait s'attendre à aucun "traitement spécial" de la part de la justice.

Mais il n'a pas exclu un éventuel pardon, tout en soulignant que M. Thaksin devait "d'abord accepter sa punition et ses responsabilités".


Thaïlande - Abhisit appelle Thaksin à ne pas inciter à des troubles


voir aussi  Provinces de la Thaïlande

Repost 0
Published by cedric - dans Actualites
commenter cet article
25 décembre 2008 4 25 /12 /décembre /2008 03:11

Thailand Sets February 13 To 15 For Asean Summit - Minister





Wednesday December 24th, 2008 / 10h50

Thailand Sets February 13 To 15 For Asean Summit - Minister

BANGKOK - Thailand has set Feb. 13 to 15 as the new dates for a delayed summit of Southeast Asian nations in Bangkok, a minister said Wednesday.
The foreign ministry had earlier mentioned the dates of Feb. 24 to 26 for the 14th summit of the Association of Southeast Asian Nations.
But this plan had to be dropped because it wasn't convenient for some member nations and Prime Minister Abhisit Vejjajiva wanted to make it earlier.
"The new summit dates are Feb. 13 to 15," Boonchong Wongtrairat, deputy interior minister told reporters, adding that the exact location in Bangkok hasn't yet been finalized.
"The government wants (the summit to take place at) Queen Sirikit National Convention Center, but it is already booked, so we will have to negotiate," he said.
The meeting was delayed from mid-December amid political turmoil in Thailand, including the occupation of the capital's airports, which led to the toppling of the ruling party loyal to ousted former prime minister Thaksin Shinawatra.
Abhisit hopes to project the summit as a sign that normality is returning to Thailand after months of instability.
Asean comprises of Brunei, Cambodia, Indonesia, Laos, Malaysia, Myanmar, the Philippines, Singapore, Thailand and Vietnam.
Representatives of Japan, South Korea, China, India, as well as the U.N. secretary-general are expected to attend the 14th Asean summit.
Click here to go to Dow Jones NewsPlus, a web front page of today's most important business and market news, analysis and commentary: http://www.djnewsplus.com/access/al?rnd=84PLpaT8RvID0X87MMq8gw%3D%3D. You can use this link on the day this article is published and the following day.

Thailand Sets February 13 To 15 For Asean Summit - Minister



voir aussi  PEOPLE    
Repost 0
Published by cedric - dans Actualites
commenter cet article
17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 06:50
Thailande - Premier ministre et nouveau challenge



Thailande - Premier ministre et nouveau challenge

BANGKOK (AFP) — Le nouveau Premier ministre thaïlandais Abhisit Vejjajiva se retrouve à la tête d'une coalition fragile, sans mandat populaire, relèvent des analystes en prédisant une brève période de calme avant la reprise des tensions politiques dans le royaume.

M. Abhisit, 44 ans, chef du Parti démocrate qui était dans l'opposition depuis huit ans, a été désigné lundi Premier ministre lors d'un vote parlementaire acquis par 235 voix contre 198 après le ralliement de formations précédemment alliées à l'ancien homme fort du pays, Thaksin Shinawatra.

Ce renversement d'alliance a été rendu possible par la Cour constitutionnelle qui a dissous le 2 décembre le Parti du pouvoir du peuple (PPP, pro-Thaksin), alors que des manifestants antigouvernementaux royalistes occupaient depuis plus d'une semaine les aéroports de Bangkok.

Le Parti démocrate était arrivé loin derrière le PPP aux législatives de décembre 2007 ayant mis fin à quinze mois de gouvernement militaire, et M. Abhisit va gouverner un pays profondément divisé entre partisans et adversaires de M. Thaksin, en exil depuis le coup d'Etat l'ayant renversé en septembre 2006.

"Le Parti démocrate doit être conscient que son mandat est faible", dit Thitinan Pongsudhirak, analyste politique à l'université Chulalongkorn, ajoutant: "nous allons avoir un gouvernement de coalition instable avec des députés indisciplinés et difficiles à manier".

Après six mois de manifestations incessantes contre le pouvoir pro-Thaksin, la Thaïlande est dans une situation difficile et la priorité de l'équipe Abhisit sera de rétablir la confiance parmi les investisseurs, alors que la croissance économique est projetée à seulement 2% en 2009 en raison également de la crise mondiale.

M. Thaksin, homme d'affaires de 59 ans toujours populaire parmi les masses rurales du nord et les couches défavorisées de la population, a été accusé de corruption et d'irrespect envers la monarchie qui continue d'occuper une place centrale en Thaïlande.

Des analystes lient la crise actuelle à des incertitudes pesant sur la succession du roi Bhumibol Adulyadej (81 ans).

M. Thaksin, qui a été de 2001 à 2006 un puissant Premier ministre, est la cible depuis son renversement à Bangkok d'une campagne judiciaire ayant abouti à une condamnation à deux ans de prison pour "conflit d'intérêt" et au gel de ses avoirs estimés à deux milliards de dollars.

En outre, depuis mai 2007, des tribunaux ont dissous deux partis qu'il finançait et interdit d'activités politiques 147 de ses lieutenants. Deux Premiers ministres qu'il soutenait ont, en outre, été forcés de démissionner.

Giles Ji Ungpakorn, professeur en sciences politiques, qualifie le dernier verdict judiciaire de "second coup d'Etat" et de victoire temporaire pour les ennemis de M. Thaksin.

"Ils ont remporté une manche, mais la crise n'est pas finie", dit-il, ajoutant: "Le camp anti-Thaksin veut une diminution de l'espace démocratique (...) cela va provoquer la colère de millions de personnes".

Alors que les manifestants anti-Thaksin de "l'Alliance du peuple pour la démocratie" (PAD) étaient vêtus de jaune, en signe d'allégeance au roi, les partisans du dirigeant déchu ont été surnommés les "chemises rouges" et, dès lundi, une centaine d'entre eux se sont heurtés à la police devant le Parlement après la nomination de M. Abhisit.

Selon M. Thitinan, "il y a beaucoup de frustration et de tensions sous-jacentes" alors qu'aucune poursuite judiciaire n'a pour l'instant été engagée contre la PAD qui a occupé les aéroports, ternissant pour longtemps l'image du pays.

De nombreux Thaïlandais observeront avec attention la façon dont M. Abhisit traitera avec la PAD, alors qu'un des cinq animateurs de ce mouvement n'est autre que Somkiat Pongpaibul, député du Parti démocrate.

"Le défi pour Abhisit est énorme", écrit Thanong Khanthong dans le quotidien The Nation. "Avec une telle division politique et sociale du pays, il devra adopter un ton plus réconciliateur".




Thailande - Premier ministre et nouveau challenge

voir aussi  THAILANDE
Repost 0
Published by cedric - dans Actualites
commenter cet article
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 13:21

Thailande - Abhisit Vejjajiva officiellement nommé Premier ministre


Thailande - Abhisit Vejjajiva officiellement nommé Premier ministre

Abhisit Vejjajiva, chef de l'opposition thaïlandaise, a été officiellement désigné 27ème Premier ministre du royaume à l'issue d'une élection lundi au Parlement qui a mis fin à 10 mois de pouvoir chaotique des lieutenants de Thaksin Shinawatra.

L'élection de M. Abhisit a été ponctuée par quelques incidents devant le Parlement où des partisans de M. Thaksin, vêtus de rouge, ont jeté des barrières en fer devant la principale grille d'accès au complexe. M. Abhisit, 44 ans, leader du Parti démocrate, a obtenu 235 voix de députés, contre 198 à Pracha Promnog, candidat proposé par les partisans de M. Thaksin, l'ex-Premier ministre en exil, a précisé le président du Parlement, Chai Chidchob. Trois députés se sont abstenus.

Assentiment royal requis
"Abhisit a obtenu plus de la moitié des voix (requises à la chambre basse), c'est pourquoi je déclare qu'Abhisit a été élu nouveau Premier ministre", a dit Chai Chidchob. M. Abhisit, né en Grande-Bretagne et diplômé d'Oxford, a aussitôt "remercié tous les membres du Parlement qui ont voté" pour lui. "Comme un assentiment royal est requis pour nommer le Premier ministre, je ne m'exprimerai pas à propos de ma position politique" avant que le roi Bhumibol Adulyadej (81 ans) ne signe ce décret, a déclaré M. Abhisit.

C'est la première fois depuis huit ans qu'un dirigeant du Parti démocrate devient Premier ministre de Thaïlande. Toutes les élections législatives depuis 2001, y compris les dernières en décembre 2007, ont été remportées par les partisans de M. Thaksin. L'élection de M. Abhisit au Parlement fait suite à un renversement d'alliance consécutif à la dissolution le 2 décembre par la Cour constitutionnelle du Parti du pouvoir du peuple (PPP, pro-Thaksin), alors que les aéroports de Bangkok étaient occupés depuis plus d'une semaine par des manifestants royalistes.

Thaksin avait demandé à l'armée de cesser d'intervenir
Dès le 6 décembre, M. Abhisit avait affirmé qu'il serait en mesure de diriger une nouvelle coalition gouvernementale après la défection de députés de quatre formations précédemment alliées à M. Thaksin et d'une faction rebelle du PPP. Samedi, dans un message vidéo à plus de 50.000 partisans vêtus de rouge et rassemblés dans un stade de Bangkok, M. Thaksin avait demandé à l'armée de cesser de s'ingérer dans le jeu politique et dans la formation d'un nouveau gouvernement.

M. Thaksin, puissant homme d'affaires de 59 ans renversé par des généraux royalistes en 2006, vit en exil pour échapper à une condamnation et diverses enquêtes pour corruption dans son pays. Détesté par les élites traditionnelles et une partie des classes moyennes de Bangkok, il est admiré par les masses rurales du nord de la Thaïlande.

M. Abhisit est le troisième homme politique à devenir Premier ministre de Thaïlande au cours des derniers mois. Samak Sundaravej, allié de M. Thaksin, était devenu chef du gouvernement en février à l'issue des législatives de décembre 2007 qui avaient mis fin à 15 mois d'administration militaire. M. Samak, un passionné de cuisine, avait été destitué en septembre par la Cour constitutionnelle pour avoir continué de présenter des émissions culinaires à la télévision. Il avait été remplacé par Somchai Wongsawat, beau-frère de M. Thaksin, qui a lui-même été forcé de démissionner le 2 décembre sur ordre de la Cour constitutionnelle, officiellement pour fraude électorale.

Occupation du PAD
Le passage au pouvoir des lieutenants de M. Thaksin a été marqué par des manifestations incessantes des militants royalistes de "l'Alliance du peuple pour la démocratie" (PAD), qui ont occupé en août le siège du gouvernement avant de prendre d'assaut les deux aéroports de Bangkok fin novembre.

Le Parti démocrate de M. Abhisit est quant à lui la plus vieille formation politique de Thaïlande (62 ans d'existence). Il dispose de puissants relais dans l'establishment conservateur de Bangkok, que ce soit dans l'armée, dans l'administration ou au palais royal.



Thailande - Abhisit Vejjajiva officiellement nommé Premier ministre

voir aussi  CINEMA

Repost 0
Published by cedric - dans Actualites
commenter cet article
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 06:11

Thaïlande - élection lundi d'un nouveau Premier ministre


Thaïlande - élection lundi d'un nouveau Premier ministre

BANGKOK - Les députés en Thaïlande éliront un nouveau Premier ministre lundi après l'approbation par le roi d'un décret convoquant le Parlement en session extraordinaire, a annoncé jeudi le président de cette instance.


Thaïlande - élection lundi d'un nouveau Premier ministre

Les députés désigneront un successeur à Somchai Wongsawat, destitué le 2 décembre par la Cour constitutionnelle dans le cadre d'une affaire de fraude électorale ayant visé le parti au pouvoir qui regroupe tous les fidèles de l'ex-Premier ministre Thaksin Shinawatra, renversé par un putsch militaire en 2006.


Thaïlande - élection lundi d'un nouveau Premier ministre

Le départ forcé de M. Somchai, beau-frère de M. Thaksin, et la dissolution du Parti du pouvoir du peuple (PPP) avaient précédé la levée du blocus des aéroports de Bangkok par des manifestants antigouvernementaux d'obédience royaliste.


Thaïlande - élection lundi d'un nouveau Premier ministre

Le Parti démocrate, qui était jusqu'ici le principal parti d'opposition en Thaïlande, est à l'origine de la demande de convocation du Parlement en session extraordinaire pour proposer son leader, Abhisit Vejjajiva, 44 ans, au poste de Premier ministre.


Thaïlande - élection lundi d'un nouveau Premier ministre

Samedi dernier, le Parti démocrate avait annoncé qu'il serait en mesure de former une nouvelle coalition gouvernementale après la défection de députés de quatre formations précédemment pro-Thaksin et d'une petite faction du PPP dissous.


Thaïlande - élection lundi d'un nouveau Premier ministre

Les députés PPP ayant survécu au verdict de la Cour constitutionnelle qu'ils ont qualifié de "coup d'Etat déguisé" se sont regroupés dans un nouveau parti, le Puea Thai, qui n'a pas encore jeté l'éponge dans la bataille pour le pouvoir, alors que des tractations politiques se poursuivent en coulisse.

"La réunion du Parlement (pour désigner un nouveau Premier ministre) est prévue lundi à 09H30 (02H30 GMT)", a indiqué jeudi à l'AFP le président de cette instance, Chai Chidchob...


Thaïlande - élection lundi d'un nouveau Premier ministre

voir aussi  Film thailandais

Repost 0
Published by cedric - dans Actualites
commenter cet article
11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 05:43
Thaïlande - le leader de l'opposition - Premier ministre ???



Thaïlande - le leader de l'opposition - Premier ministre ???

BANGKOK (AFP) — Le Parti démocrate, qui était jusqu'ici le principal parti d'opposition en Thaïlande, a demandé lundi la convocation du Parlement pour proposer son leader, Abhisit Vejjajiva, au poste de Premier ministre alors que les partisans de Thaksin Shinawatra n'ont pas jeté l'éponge.

Samedi, le Parti démocrate avait annoncé qu'il avait conclu un accord avec des responsables de quatre formations autrefois alliées à l'ex-Premier ministre Thaksin Shinawatra et qu'il serait en mesure de former une nouvelle coalition gouvernementale.

"Le nom qui sera proposé pour le poste de Premier ministre sera celui d'Abhisit," a déclaré lundi à l'AFP Sathit Wongnongtoey, haut responsable démocrate.


Thaïlande - le leader de l'opposition - Premier ministre ???

Le secrétaire général du parti, Suthep Tuagsuban, a affirmé que la nouvelle coalition pourrait contrôler jusqu'à 260 des 447 sièges à la chambre basse du Parlement, après la défection de députés de formations précédemment pro-Thaksin et d'une petite faction de l'ancien parti au pouvoir.

Le président du Parlement, Chai Chidchob, a confirmé avoir reçu une lettre signée par 242 députés demandant la convocation d'une session extraordinaire, mais a précisé que la procédure pourrait prendre au moins trois jours avant de recevoir un assentiment royal. D'autres élus ont estimé que la session s'ouvrirait au plus tôt vendredi.

Abhisit Vejjajiva, 44 ans, homme politique de Bangkok qui a suivi des études à Oxford, était jusqu'ici le principal leader d'opposition en Thaïlande. "Le Parti démocrate est persuadé qu'il pourra former le gouvernement, même s'il y a des pressions sur des députés qui (nous) soutiennent", a-t-il assuré.

Sa nomination comme candidat au poste de Premier ministre fait suite à l'occupation par des manifestants royalistes des aéroports de Bangkok entre le 25 novembre et le 3 décembre et à la dissolution du parti pro-Thaksin au pouvoir, sur ordre de la Cour constitutionnelle.


Thaïlande - le leader de l'opposition - Premier ministre ???

Le Parti démocrate, influent dans la capitale et dans le sud, est la plus vieille formation politique de Thaïlande (62 ans d'existence). Il a toujours maintenu des liens étroits avec l'establishment conservateur de Bangkok, que ce soit dans l'armée, dans l'administration ou au palais royal.

Les lieutenants de M. Thaksin ont qualifié de "coup d'Etat déguisé" l'ordre de dissolution du Parti du pouvoir du peuple (PPP) prononcé le 2 décembre et qui a déstabilisé la coalition gouvernementale alors que l'armée refusait de déloger les manifestants royalistes dans les aéroports.

Le PPP (pro-Thaksin) avait largement remporté en décembre 2007 des élections législatives qui avaient mis fin à quinze mois d'administration militaire.

M. Thaksin, homme d'affaires de 59 ans, avait été renversé en septembre 2006 par des généraux légitimistes. Accusé de corruption, il vit en exil mais reste très populaire dans les campagnes et parmi les couches défavorisées, en particulier dans le nord de la Thaïlande.


Thaïlande - le leader de l'opposition - Premier ministre ???

Les députés du PPP ayant survécu au verdict de la Cour constitutionnelle --ils seraient au moins 180-- se sont regroupés au sein d'un parti, le Puea Thai. "Notre mission urgente est de former un gouvernement issu d'élections", a déclaré Yongyuth Vichaidit après sa désignation dimanche comme leader de la nouvelle formation pro-Thaksin.

Lundi, un de ses adjoints, Vittaya Buranasiri, a répété que le Puea Thai n'avait pas jeté l'éponge. "Tout s'éclaircira lorsque les députés annonceront au Parlement pour qui ils votent", a-t-il dit, laissant entendre que des tractations se poursuivent.

Un porte-parole militaire a nié que le chef de l'armée, le général Anupong Paojinda, ait joué le moindre rôle dans le retournement politique du week-end, favorable au Parti démocrate.

"Plusieurs personnalités politiques ont parlé" avec le général Anupong mais celui-ci a réaffirmé que "l'armée n'interviendrait pas en politique", a assuré ce porte-parole, le colonel Sunsern Kaewkumnerd.


Thaïlande - le leader de l'opposition - Premier ministre ???

voir aussi  FRANCOTHAI

Repost 0
Published by cedric - dans Actualites
commenter cet article
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 06:05
Thailande - Ambassade de France à Bangkok



Thailande - Ambassade de France à Bangkok

L’Ambassade de France à Bangkok certifie que les autorités touristiques thaïlandaises cesseront, à compter du 9 décembre 2008, de prendre en charge l’hébergement des passagers bloqués en Thaïlande en raison de la fermeture des aéroports internationaux de Bangkok. Ces aéroports sont réouverts depuis le 5 décembre et les compagnies aériennes reprennent leurs vols réguliers. A compter de cette date, le blocage de certains passagers à Bangkok ne peut donc plus être considéré comme lié à la situation politique du pays.

L’aéroport international de Bangkok- Suvarnabhumi a rouvert et reprend progressivement son activité. Néanmoins, il reste fortement déconseillé de se rendre en Thaïlande tant que le flux des touristes encore bloqués sur place ne sera pas résorbé.

Un premier vol commercial, à destination de Sydney, a décollé aujourd’hui. Un certain délai sera nécessaire pour résorber le flux des voyageurs en attente en Thaïlande. Les voyageurs français en Thaïlande, détenteurs de billets directs ou ceux se trouvant dans la région et devant transiter par Bangkok, sont invités à ne pas tenter de rejoindre prématurément les aéroports de Bangkok ou Phuket sans avoir pris contact au préalable avec leurs compagnies aériennes. Pour nos compatriotes déjà en Thaïlande, il convient de noter que les tensions restent vives dans certains quartiers de la capitale. L’ambassade renouvelle donc ses conseils de prudence et recommande : 

- d’éviter le quartier Dusit (siège du gouvernement, parlement...), la zone des aéroports et de manière générale les regroupements à caractère politique ; 
- pour les personnes en hébergement dans la zone aéroportuaire, de rester à l’intérieur de l’hôtel et, en cas de troubles, de ne pas s’exposer aux fenêtres.

Situation des vols : La France a affrété un avion qui a permis de remmener plus de 500 ressortissants français ou européens qui s’étaient signalés à l’ambassade de France à Bangkok et rencontraient des difficultés particulières (personnes âgées, malades ou accompagnées d’enfants en bas âge). Ce vol devrait atterrir ce soir à l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle aux alentours de 20h00.

Par ailleurs, certaines compagnies aériennes continuent d’utiliser l’aéroport militaire d’U-Tapao comme solution alternative. Pour autant, il est formellement déconseillé de se rendre seul à l’aéroport d’U-Tapao ou dans d’autres aéroports secondaires, car les procédures d’enregistrement, d’immigration et de douane seront réalisées à Bangkok même, sur des sites qui seront prochainement communiqués aux compagnies aériennes, et ne pourront embarquer que les passagers qui auront effectué les formalités d’enregistrement à Bangkok en liaison avec leur compagnie aérienne. De plus, ces aéroports secondaires ne disposent d’aucune des facilités habituelles des aéroports internationaux (sanitaires, restauration, hébergement...). Il convient également d’avoir eu la confirmation de son vol avant de se rendre sur les sites d’enregistrement afin d’éviter la paralysie de cette procédure et de s’exposer à une attente inutile, voire dangereuse. Il est donc conseillé aux usagers de rester à Bangkok et de rester en contact avec leurs compagnies aériennes. Une fois ces formalités effectuées, les voyageurs seront acheminés vers les aéroports dans des autocars affrétés par les autorités thaïes.
L’ambassade contribuera, au fur et à mesure, à la diffusion de toutes les informations sur la reprise des vols.

Les situations personnelles graves devront continuer d’être signalées à l’ambassade.

Prise en charge des frais de séjour par les autorités thaïlandaises : Les autorités thaïlandaises prévoient une indemnisation, directement versée à l’hôtel (à l’exception des guest house), a posteriori, à concurrence de 2.000 bath par jour et par personne, pouvant comprendre une nuitée et trois repas. Au dessus de ce montant, les voyageurs ne devront s’acquitter que de la différence. Pour bénéficier de ce dispositif, les usagers devront laisser en pièces justificatives à l’hôtel, une copie de leur passeport, une copie de leur billet ou carte d’embarquement et signer une attestation de séjour. Attention, contrairement à une première information reçue et diffusée, aucune demande de remboursement ne pourra être présentée a posteriori.

De nouvelles manifestations sont prévues cette semaine à Bangkok. L’ambassade de France renouvelle ses conseils de prudence et recommande à ses ressortissants d’éviter les lieux de manifestations, en particulier les alentours du siège du gouvernement, du parlement et du siège de la police métropolitaine. D’autres rassemblements sont annoncés au ministère des Finances (Rama VI), à la Bourse de Thailande (près du Queen Sirikit Center), à l’aéroport Don Muang, ainsi qu’au commandement suprême des armées (quartier Chaeng Wattana, nord de Bangkok). Des manifestants sont également regroupés à l’aéroport international Suvarnabhumi, avec des risques de perturbation du trafic passagers.

Le service météorologique thaïlandais met en garde contre des risques d’inondations et de glissements de terrain dans les provinces suivantes: Au nord: Chiangrai, Chiangmai, Nan, Uttaradit, Sukhothai, Pitsanulok et Petchaboon. Au nord-est et au centre: Nakorn Ratchasima et Nakorn Nayok. Au sud: Pang-gna, Phuket, Krabi, Trang et Satun.

En raison de la tension actuelle autour du temple de Preah Vihear, depuis la fin juillet 2008, localisé à la frontière entre le Cambodge et la Thaïlande, il est recommandé aux voyageurs de surseoir à tout déplacement sur ce site.

Le raz-de-marée du 26 décembre 2004 à causé d’importantes destructions, mais de façon très contrastée, le long de la côte ouest de la Thaïlande (provinces de Phuket, Krabi, Phang Nga, Satun). Depuis, les autorités thaïlandaises se sont dotées de système de détection et d’alerte. Dans les zones à risque de tsunami, elles ont mis en place une signalisation particulière (panneaux de couleur bleue) vers les voies à emprunter pour rejoindre les refuges ainsi que les points de rassemblement. Des exercices de protection civile sont régulièrement organisés.

  • Activité sismique:

Le pays est situé dans une zone d’activité sismique. Pour obtenir plus d’informations sur la conduite à tenir en cas de séisme, vous pouvez consulter la fiche thématique de ce site qui est consacrée à ce sujet rubrique " FICHES THEMATIQUES ".

Les recommandations de base sont les suivantes:

A l’intérieur


- s’éloigner des fenêtres, des murs extérieurs, de tout meuble, tableau, luminaire suceptibles de se renverser;

- s’abriter sous une table solide ou tout meuble résistant ou rester debout sous un encadrement de porte;


A l’extérieur


- s’efforcer d’atteindre un espace libre, loin des arbres, poteaux électriques, murs ou bâtiments;

- dans la voiture, s’arrêter au bord de la route et attendre à l’intérieur la fin des secousses. Dans tous les cas, il faut conserver son calme, suivre les instructions données et attendre les secours, si nécéssaire. Tout séisme important est suivi d’une série de secousses secondaires.

Si un tremblement de terre se produisait lors d’un séjour touristique, il est recommandé à nos ressortissants de prendre immédiatement contact avec leurs familles ou leurs proches afin de les rassurer sur leur sort ou, le cas échéant, en cas de problème de communication avec l’extérieur, avec l’ambassade de France.

  • Mousson:

En période de fortes moussons (la saison des pluies s’étend d’avril à novembre), il est vivement conseillé aux voyageurs de se renseigner sur les conditions climatiques et l’état des routes des régions dans lesquelles ils comptent se rendre, ou qu’ils traversent, afin d’éviter de se trouver dans des zones inondées avec les risques qui en résultent. La spéléologie est déconseillée en saison des pluies, même lorsque les amateurs sont accompagnés de guides. Des glissements de terrain peuvent survenir aux abords de certaines chutes d’eaux visitées par les touristes.

Autres recommandations

  • Arrivée dans les aéroports:

Il est recommandé aux voyageurs de ne recourir, pour se rendre en ville, qu’aux services suivants:


- le service des limousines,

- les taxis "agréés",

- les bus (services de transport en commun publics).

  • Délinquance:

Même si la Thaïlande est globalement sûre, la délinquance n’épargne pas les ressortissants étrangers (vols avec violence, cambriolages en particulier dans les hôtels bon marché, agressions nocturnes).

Il est donc conseillé:


- d’éviter, en ville les lieux peu fréquentés;

- de porter une attention toute particulière aux boissons et aux mets servis dans les quartiers "chauds", (en particulier dans les hôtels bon marchés) qui peuvent contenir des somnifères;

- de s’abstenir de faire confiance à des inconnus pour servir de guides.

  • Escroqueries courantes:

- certains guides, des personnes francophones, voire françaises, proposent de réaliser de "bonnes affaires" en achetant des bijoux. Ceux-ci sont authentiques mais vendus à des prix deux à trois fois supérieurs à ceux du marché. Cette escroquerie, très fréquente, ne peut pas donner lieu à des poursuites dans la mesure où le prix de vente est considéré par la loi thaïlandaise comme librement accepté par l’acheteur.

- des étrangers prétendant être en graves difficultés financières sollicitent parfois l’aide des touristes. Ils n’hésitent pas à donner un numéro de portable affirmant qu’il s’agit de celui de l’agent de permanence de l’ambassade de France. Un complice répond alors à l’appel téléphonique. Il est conseillé de contacter l’ambassade (voir numéros utiles) pour confirmer les affirmations de cette nature.

Un accident aérien d’un appareil de la compagnie aérienne à bas prix ONE TWO GO a provoqué la mort de 90 passagers dont 9 Français le 16 septembre 2007 à Phuket.

  • Transport routier

Le mauvais entretien de certains autocars et, d’une manière générale, la vitesse excessive et des temps de conduite trop longs sont la cause d’accidents de la route très fréquents. Ce moyen de transport peu onéreux présente certains risques.

  • Transport férroviaire

En saison des pluies, certaines lignes férroviaires sont régulièrement interrompues pendant plusieurs jours. Des glissements de terrain peuvent endommager les voies, voire provoquer des accidents.

  • Transport maritime

A certaines saisons, la mer peut être agitée et présenter des dangers, en particulier à bord de "speed boat". Il est recommandé de vérifier la présence à bord de gilets de sauvetage en nombre suffisant et de ne pas embarquer sur des petits bateaux à l’évidence surchargés.

Location de véhicules:

Certaines agences de location d’automobiles proposent des contrats ne comportant aucune assurance. Avant de louer un véhicule, il est vivement recommandé de vérifier ce point de manière exhaustive: assurance conducteur, passagers, responsabilité civile, et en cas de dommages sur le véhicule lui-même.

En cas d’accident, et à défaut d’assurance, le conducteur peut faire l’objet de poursuites judiciaires et est passible d’emprisonnement s’il n’est pas en mesure de dédommager le loueur et la(les) victime(s) de l’accident. Les montants exigés (en fonction de la gravité des dommages) sont extrêmement importants (plusieurs milliers d’euros). Par ailleurs, en cas de dommages corporels, les frais d’hospitalisation demeurent entièrement à la charge du client.

Dans les zones touristiques, de nombreuses agences louent des deux-roues ou des "scooters de mer" sans jamais proposer d’assurance. Compte tenu des risques encourus, il est vivement recommandé de ne pas avoir recours à leurs services.

  • Dengue : la dengue est une maladie endémique en Thaïlande. La maladie est propagée par un moustique, actif de jour, il convient donc de respecter les mesures habituelles de protection (vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements, diffuseurs électriques). La dengue pouvant prendre une forme potentiellement grave il est vivement recommandé de consulter un médecin en cas de fièvre (la prise d’aspirine est déconseillée).

Grippe aviaire : la grippe aviaire est présente de façon diffuse en Thaïlande depuis la fin de l’année 2003, avec des périodes d’apparente accalmie et de reprise. Il s’agit d’une maladie virale animale (volailles) exceptionnellement transmissible à l’homme.

Le séjour en Thaïlande n’est pas déconseillé, cependant il est recommandé aux voyageurs d’accorder une attention particulière aux observations ci-après.

La Direction Générale de la Santé recommande aux voyageurs d’éviter tout contact avec les volailles et les oiseaux, en évitant notamment de se rendre dans des élevages ou les marchés aux volatiles. Les recommandations générales d’hygiène, qui visent à se protéger des infections microbiennes, sont préconisées : 
- éviter de consommer des produits alimentaires crus ou peu cuits, en particulier les viandes et les œufs ; 
- se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon ou un soluté hydro-alcoolique.

  • Le virus se transmet par voie aérienne (voie respiratoire) soit par contact direct, notamment avec les sécrétions respiratoires et les matières fécales des animaux malades, soit de façon indirecte par l’exposition à des matières contaminées (par l’intermédiaire de la nourriture, de l’eau, du matériel et des mains ou des vêtements souillés). Les espaces confinés favorisent la transmission du virus.
  • Sur place, ou après le retour en France, la survenue de fièvre doit inciter à consulter un médecin.

Vaccinations :

La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite est conseillée. Autres vaccinations conseillées (selon conditions d’hygiène et durée du séjour) : fièvre typhoïde, hépatites virales A et B.

  • Autres vaccinations : 
    - en cas de séjour en zone rurale, la vaccination contre l’encéphalite japonaise peut être nécessaire (à pratiquer dans un centre médical sur place) ; 
    - la vaccination contre la rage peut également être proposée.

Dans tous les cas demandez conseil à votre médecin ou à un centre de vaccinations internationales.

Infection par le virus HIV : Il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.


Contacts utiles sur place :

Hôpitaux à contacter en cas d’urgence : 
- Bumrungrad Hospital : 02.667.29.29. 
- Bangkok Nursing Hospital : 02.632.05.50. 
- Samitivej Hospital : 02.392.00.11. 
- Saint Louis Hospital : 02.675.50.00.
 

Pour de plus amples renseignements, consulter les sites Internet suivants :

- Le site du ministère de la Santé : www.sante.gouv.fr 
- Le site interministériel relatif à la grippe aviaire : www.grippeaviaire.gouv.fr 
- Les recommandations de l’Institut de veille sanitaire en 2006 pour les voyageurs (http://www.invs.sante.fr/beh/2006/23_24/index.htm

- Les informations actualisées de l’Institut de veille sanitaire : www.invs.sante.fr 
- Le site du CIMED : www.cimed.org 
- Le site de l’organisation mondiale de la santé : www.who.int (anglais et français) 
- Le site de l’Institut Pasteur de Paris www.pasteur.fr ou de Lille www.pasteur-lille.fr

Qu’il s’agisse de la consommation ou de la vente de stupéfiants, les mesures de répression en Thaïlande sont très sévères, et les peines très lourdes. Les délits de consommation ou possession (très petites quantités) d’amphétamines, de marijuana, de haschich et autres substances de même type, sont systématiquement punis d’une peine de prison ferme allant de six mois à dix ans. Les délits de consommation ou possession de drogues dures (très petites quantités) - héroïne, opium, etc. - sont punis d’une peine de prison ferme de deux à vingt ans. La seule possession d’une certaine quantité de stupéfiants suffit à établir les crimes de trafic, voire de vente. Ils sont passibles de la peine capitale.

  • Pédophilie

Les mesures de répression sont de plus en plus sévères à l’encontre des étrangers convaincus de pédophilie ou d’exploitation commerciale de la pornographie. L’ emprisonnement à vie peut être prononcé.

  • Autres délits

Le droit pénal thaïlandais est très répressif. Les délits de vols - même s’il s’agit de tentatives - sont systématiquement réprimés par des peines de plusieurs mois de prison ferme. Certains de nos compatriotes ayant commis des larcins ou des tentatives - en particulier dans les boutiques d’aéoroport - ont été condamnés à des peines de prison fermes qu’ils ont dû purger en Thaïlande.

  • Transfèrement des prisonniers en France

Le transfèrement dans une prison française d’un détenu définitivement condamné n’est accordé par les autorités thaïlandaises qu’à l’issue d’une période de quatre à huit ans de prison ferme en fonction de la durée de la peine à purger et à la condition que celui-ci se soit acquitté des amendes et des dommages auxquels il a été condamné. Le condamné transféré n’est pas jugé à nouveau par les magistrat français.

  • Importation de cigarettes en Thaïlande

L’importation de cigarettes est limité à 200 cigarettes (10 paquets de 20) par passager majeur. La possession est établie soit par l’intitulé de la facture de détaxe (maximum toléré: une facture d’une seule cartouche par passager majeur) ou par le nombre de paquets en possession d’un seul passager (s’il en transporte plus de 10, il encourt une amende, même s’il est accompagné d’un autre passager). En sus da la saisie, le montant de l’amende varie de 1000 à 3000 euros. Son montant n’est pas négociable. Son non-paiement entraîne des poursuites judiciaires et l’incarcération.

  • Divers

Il convient de respecter l’image de la personne du Roi (y compris sur les billets de banque) et des représentations du Bouddha. De même, l’exportation des statues du Bouddha est strictement prohibée.

Le Ministère des Affaires étrangères et européennes ne peut, en aucun cas, être tenu responsable d'incidents qui pourraient survenir pendant un voyage. Les informations contenues dans les pages du site internet sont susceptibles de modification et sont données à titre indicatif. En outre, il est rappelé qu'aucune région du monde ni aucun pays ne peuvent être considérés comme étant à l'abri du risque terroriste.

Thailande - Ambassade de France à Bangkok

voir aussi  ECONOMIE



Repost 0
Published by cedric - dans Actualites
commenter cet article
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 06:54

Thaïlande - le Parti démocrate au gouvernement


Des manifestants antigouvernementaux brandissent le portrait du couple royal thaïlandais

Thaïlande - le Parti démocrate au gouvernement

BANGKOK (AFP) — Le principal parti d'opposition parlementaire en Thaïlande a affirmé samedi être en mesure de former un gouvernement avec des membres de la coalition sortante, évinçant les alliés de l'ex-Premier ministre Thaksin Shinawatra.

"Nous nous sommes entendus pour former un gouvernement afin de relancer l'économie et de restaurer la confiance", a annoncé Sungthep Tuagsuban, secrétaire général du Parti démocrate (PD), après des entrevues avec d'anciens partenaires du Parti du pouvoir du peuple (PPP), le parti majoritaire pro-Thaksin de cette coalition, désormais dissous.

Toutefois, des membres du PPP regroupés dans une nouvelle formation appelée Puea Thai ont dit eux aussi pouvoir former une coalition majoritaire.

L'annonce surprise du PD fait suite à des mois de manifestations anti-gouvernementales organisées par l'Alliance du peuple pour la démocratie (PAD) qui ont abouti le 2 décembre au départ forcé du Premier ministre Somchai Wongsawat et à la dissolution du PPP pour un cas présumé de fraude électorale.

Fondée en février 2006 par un magnat de la presse, la PAD est une coalition hétéroclite de nationalistes et royalistes, représentant l'élite et la classe moyenne de Bangkok décidées à éliminer l'héritage de M. Thaksin, originaire des zones rurales du nord.

L'un des partis de l'ex-coalition au pouvoir qui assistait à la conférence de presse du PD a indiqué qu'il soutiendrait le chef du PD, le jeune diplômé d'Oxford Abhisit Vejjajiva (44 ans), pour être le nouveau Premier ministre thaïlandais. Le Parti démocrate est la plus vieille formation politique du pays et est resté à l'écart des troubles récents.

"Tout le monde est d'accord pour soutenir Abhisit", a indiqué Sanam Kajorn-Pasart, un conseiller du parti Chart Thaï, deuxième plus grande formation de la coalition renversée la semaine dernière.

"Cela fait 30 ans que je fais de la politique et c'est la première fois que le pays est dans une telle impasse politique. L'opinion publique nous dit qu'il faut se détacher du PPP si on veut résoudre la crise", a expliqué M. Sanam.

Thaïlande - le Parti démocrate au gouvernement

Le PD dispose de 165 sièges au parlement contre 212 pour le PPP dissous dont 37 appartiennent toutefois à un courant susceptible de faire défection. Puea Thai, créé sur les cendres du PPP, a affirmé qu'il se réunirait dimanche pour choisir un Premier ministre qui ne sera pas obligatoirement issu du parti.

"Nous pouvons former un gouvernement avec le soutien de 228 parlementaires", a affirmé à la presse Apiwan Viriyavthai, haut responsable du Puea Thai, en ajoutant que le futur Premier ministre ne serait "pas nécessairement" issu de ses rangs.

La puissante ex-épouse de l'ancien homme fort de la Thaïlande, Thaksin Shinawatra, est revenue vendredi à Bangkok, un retour interprété localement comme lié aux efforts des lieutenants de M. Thaksin pour conserver le pouvoir.

Après des manifestations d'opposants, M. Thaksin avait été renversé en 2006 par un coup d'Etat militaire, mais 16 mois plus tard, ses alliés rassemblés au sein du PPP remportaient les législatives en décembre 2007, portant à la tête du gouvernement Samak Sundaravej.

Début septembre, M. Samak, affaibli par l'occupation du siège du gouvernement par la PAD, était contraint à la démission pour avoir accepté un financement privé d'émissions culinaires qu'il animait à la télévision. Son successeur Somchai Wongsawat, beau-frère de Thaksin, a dû à son tour quitter ses fonctions mardi dernier, après avoir été interdit d'exercice de la politique pendant cinq ans.

La PAD a indiqué qu'elle n'accepterait aucun Premier ministre issu du PPP ou jugé trop proche de M. Thaksin.


Thaïlande - le Parti démocrate au gouvernement

voir aussi  Tony Jaa - Ong Bak 2

Repost 0
Published by cedric - dans Actualites
commenter cet article
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 08:12

Thaïlande - Tension autours de l'aéroport international




Thaïlande - Tension autours de l'aéroport international

La tension était toujours vive aux abords de l'aéroport international de Bangkok, en Thaïlande, bloqué depuis quatre jours par plusieurs centaines de manifestants hostiles au gouvernement du premier ministre Somchai Wongsawat. La situation ne s'est toujours pas débloquée dans la journée de samedi, marquée par des affrontements entre membres et partisans de l'Alliance du peuple pour la démocratie (PAD) et policiers. Plusieurs centaines manifestants ont contraint 150 policiers à battre en retraite, sans violences selon des témoins sur place, laissant derrière eux un barrage routier qu'ils contrôlaient à près de deux kilomètres de l'aéroport Suvarnabhumi...


Thaïlande - Tension autours de l'aéroport Suvarnabhumi

La police thaïlandaise, qui a déployé près de 2 000 hommes autour de l'aéroport, a reconnu avoir perdu le contrôle du barrage, expliquant ne pas vouloir faire usage de force. "Le gouvernement est toujours dans un processus de négociations et j'ai demandé à mes hommes de ne pas recourir à la force quoiqu'il arrive", a expliqué à l'AFP Rarshane Reukomol, commandant en charge de la sécurité à l'aéroport.


Thaïlande - Tension autours de l'aéroport international Suvarnabhumi

UNE NORMALISATION EN VUE

Pourtant la négociation reste difficile, voir impossible, car les manifestants exigent en préalable la démission de Somchai Wongsawat, qu'ils accusent d'être "l'homme de paille" de l'ancien premier ministre thaïlandais, Thaksin Shinawatra. "Nous sommes toujours ouverts à la négociation, mais seulement avec des gens directement impliqués, tels que Somchai, affirme Chamlong Srimuang, un des dirigeants du PAD. "Ils peuvent parler à tous nos responsables, mais personne ne nous a encore contacté", assure-t-il, ajoutant que la situation devrait se normaliser "avant le 5 décembre", jour de l'anniversaire du roi.


Thaïlande - Tension autours de l'aéroport international

Selon les médias thaïlandais, près de 100 000 sont toujours bloqués sur place, dans l'aéroport internationale de Suvarnabhumi, mais aussi dans celui de Don Mueang, occupés par les forces anti-gouvernementales. Certains d'entre eux se rendent la base militaire d'U-Tapao, à près de 200 kilomètres au sud de la ville, dans l'espoir de quitter le pays. Près de 300 touristes français seraient, selon l'association des tour-opérateurs français, concernés par le blocage des aéroports.




Thaïlande - Tension autours de l'aéroport international Suvarnabhumi...

voir aussi  Thaïlande - Le trafic aérien est fluide maintenant...

Repost 0
Published by cedric - dans Actualites
commenter cet article
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 06:12
Thaïlande - la crise politique continue mais le trafic aérien est fluide...







Thaïlande - la crise politique continue mais le trafic aérien est fluide...

BANGKOK - Le trafic aérien a été totalement rétabli vendredi à l'aéroport international de Bangkok, soulageant des milliers de touristes jusqu'ici bloqués, mais de lourdes incertitudes politiques demeurent en Thaïlande, au lendemain de la brusque annulation d'un discours du roi.

Le souverain très respecté Bhumibol Adulyadej a fêté ses 81 ans vendredi mais il est officiellement "souffrant".

Alors que la nuit tombait à Bangkok, 50.000 personnes, selon la police, se sont rassemblées comme chaque année sur une place du centre pour souhaiter "Longue Vie au Roi", alors que le ciel s'emplissait de feux d'artifice.

De nombreux dignitaires en grand uniforme étaient présents, dont le premier ministre par intérim Chavarat Charnvirakul.

La veille, pour la première fois en 62 ans de règne, Bhumibol ne s'était pas exprimé lors d'une adresse annuelle prévue à la nation, ce qui a alimenté des inquiétudes sur sa santé.

Le trafic aérien est revenu totalement à la normale à l'aéroport international de Bangkok. "Environ 550 vols étaient programmés (vendredi) à Suvarnabhumi", a déclaré une porte-parole des Aéroports de Thaïlande (AOT).

De longues files de passagers se sont étirées dans l'immense terminal de l'aéroport, occupé entre le 25 novembre et le 3 décembre par des manifestants antigouvernementaux.

Une brève cérémonie s'est tenue dans la matinée pour marquer la réouverture officielle du terminal après huit jours d'un chaos qui a piégé en Thaïlande 350.000 voyageurs, dont de nombreux touristes étrangers.

"Le respect des normes de sécurité est assuré à 100%", a déclaré à l'AFP le directeur général de l'aviation civile, Chaisak Angkasuwan. "Toutes les compagnies ont fait savoir qu'elles maintenaient leurs vols à Suvarnabhumi".

Le terminal n'a pas subi de déprédations, contrairement au siège du gouvernement à Bangkok que les protestataires ont aussi occupé pendant plus de trois mois et qui a été totalement mis à sac, selon des images diffusées de la télévision thaïlandaise.

Avant la reprise partielle du trafic aérien, mercredi, à Suvarnabhumi, les voyageurs étaient contraints de quitter le "Pays du Sourire" depuis une poignée d'aéroports secondaires, loin de la capitale.

Le retour complet à la normale à Suvarnabhumi, qui peut gérer 700 vols et 100.000 passagers par jour, a coïncidé avec l'anniversaire de Bhumibol.

L'annulation jeudi de son adresse a alimenté des spéculations sur le degré de gravité de son indisposition, interprétée par certains analystes comme un silence délibéré, alors que d'autres l'ont trouvé effectivement très fatigué lors d'un défilé militaire mardi.

C'est en son nom que les manifestants de "l'Alliance du peuple pour la démocratie" (PAD) avaient lancé leur mouvement en mai contre le gouvernement "corrompu" des lieutenants de l'ex-Premier ministre Thaksin Shinawatra, renversé par l'armée et qui vit en exil.

Les opposants ont mis fin mercredi à leur occupation des aéroports de Bangkok après un ordre de dissolution du parti au pouvoir émanant de la Cour constitutionnelle qui a également exclu de la vie publique le Premier ministre Somchai Wongsawat, beau-frère de M. Thaksin, officiellement pour fraude électorale.

L'action "coup de poing" de la PAD a cependant entaché l'image de la Thaïlande et porté un rude coup au tourisme, l'un des piliers de son économie.

Sur le plan politique, les manifestants semblent avoir remporté une bataille mais pas la guerre d'usure

qui se poursuit depuis plus de deux ans, alors que les lieutenants de M. Thaksin et leurs alliés cherchent à se regrouper dans un nouveau parti pour essayer de dégager une nouvelle majorité parlementaire.

La PAD a prévenu qu'elle s'opposerait à la nomination d'un proche de M. Thaksin comme Premier ministre.

Des discussions sont en cours entre députés et une session parlementaire, initialement prévue lundi et mardi, a été reportée indéfiniment pour permettre à ces négociations en coulisse d'aboutir, indique-t-on dans les milieux politiques...


Thaïlande - la crise politique continue mais le trafic aérien est fluide...

voir aussi  Film thailandais
Repost 0
Published by cedric - dans Actualites
commenter cet article

Présentation

  • : franco-thai
  • franco-thai
  • : apporter informations, cultures, loisirs, outils de communication, etc. Un pont entre la France et la Thaïlande
  • Contact

Partage / Share

Recherche

Archives